NOUVELLES
16/12/2012 09:27 EST | Actualisé 15/02/2013 05:12 EST

Coupe du monde - Alta Badia/Géant: déclarations

Ted Ligety (USA, 1er): "J'ai réalisé une très bonne première manche. Parfaite ? Je n'avais pas l'impression d'avoir skié si bien, au point d'avoir plus de 2 secondes (2 sec 40/100 sur Marcel Hirscher) d'avance. Sur le second parcours, je n'ai pas trop pensé à mon avance. On peut se déconcentrer et même deux secondes d'avance, ça peut se perdre. Pour moi, la référence reste quand même la seconde manche à Sölden. (Est-il invincible ?) Je crois qu'on peut me battre. La preuve, à Val d'Isère le week-end dernier. Là-bas, la pente est vraiment spéciale, les portes rapprochées. Mais je pense aussi que je n'avais pas abordé la première manche dans le bon rythme, je n'avais pas été assez agressif".

Marcel Hirscher (AUT, 2e): "Je me suis levé tôt et c'est une longue journée qui se termine bien. Je prends cette 2e place comme un succès. Car deux secondes derrière Ligety, c'est trop pour moi en ce moment. Le point très positif, c'est la 6e course technique (slalom et géant) de la saison et mon 6e podium. Sur ce plan, c'est parfait. Bien sûr, j'étudie le ski de Ted (Ligety) mais, actuellement, il est le seul à aborder si bien les virages et à ressortir avec autant de fluidité et de vitesse. (A propos du classement général) Jusqu'à maintenant, Ted survole sa discipline et marque aussi beaucoup de points en super-G. Et Aksel Lund (Svindal, leader) est impressionnant dans les épreuves de vitesse. Cela donne une belle lutte."

Thomas Fanara (FRA, 3e): "Je suis super content. Depuis le début de saison, je tournais un peu autour. Je skiais bien, mais chaque fois, je me disais à la fin de la course +Et si...+. Aujourd'hui (dimanche), je fais deux manches régulières et ça suffit pour être 3e. Je suis fier quelque part d'être sur un podium où il y a Hirscher et Ligety, même si ce n'est qu'à la 3e place. Ligety est vraiment très fort. On va regarder à la vidéo ce qui s'est passé dans cette 1re manche avec Ted, pour essayer d'analyser. S'en inspirer, même si chacun a son style de ski, car il y a des choses à prendre. (A propos de son pouce gauche blessé après avoir heurté une porte, avec suspicion de déchirure ligamentaire). J'arrive en bas (de la 1re manche), j'ai vraiment très mal au pouce, je ne le sentais plus, et après j'ai commencé à le sentir, ça allait mieux. De toute façon, j'avais prévu de faire la +deuz+ (2e manche, ndlr) quoi qu'il arrive. Je devais serrer les dents pendant 1 minute 20 (secondes). Il y a toujours des trucs inattendus qu'on ne peut pas gérer. Il faut s'adapter, c'était à moi d'être plus fort que ça. J'ai pris ça comme un challenge. En seconde manche, j'ai décidé de faire un ski moins heurté. En partant dans les derniers, ça tapait et il fallait produire un ski solide pour rester devant."

asc/es