NOUVELLES
15/12/2012 06:32 EST | Actualisé 14/02/2013 05:12 EST

Tuerie à Newtown : qui était Adam Lanza?

Celui que les médias américains identifient comme l'auteur présumé de la tuerie de Newtown, Adam Lanza, est tantôt décrit comme « une bombe à retardement », tantôt comme un « gentil garçon ».

Si la police du Connecticut refuse de l'identifier, beaucoup de ceux qui l'ont côtoyé ont parlé aux médias, et un portrait du présumé tueur de 20 ans commence à émerger. Adam Lanza était un jeune homme discret, si discret que sa photo n'apparaît même pas dans son album de fin d'année, en 2010, rapporte le New York Times. « Lorsqu'il devait s'exprimer en classe, il était intelligent, mais nerveux et agité, comme si c'était douloureux pour lui de parler », explique le quotidien qui cite des gens qui l'ont connu.

Le jeune homme a grandi dans un quartier aisé de Newtown, avec son frère Ryan et ses parents. Ces derniers ont divorcé en 2008. Un ancien voisin, Ryan Kraft, a indiqué au Washington Post que les frères Lanza avaient souffert du divorce de leurs parents et qu'Adam était prompt à faire des colères. « Beaucoup plus que les enfants ordinaires. », a-t-il dit.

Sa mère, avec qui il vivait dans une élégante maison, serait devenue sa première victime. Il l'aurait abattue avant de se rendre à l'école primaire de Sandy Hook.

Un jeune homme discret, mais troublé

C'était « une bombe à retardement », résume le New York Daily News, dont les journalistes ont parlé à plusieurs proches de la famille. « Il était intelligent », raconte une source qui l'a connue au quotidien. « Adam avait beaucoup de problèmes mentaux », selon un autre proche.

Un ancien camarade de classe, Matt Baier, se souvient avoir entendu que le jeune homme souffrait du syndrome d'Asperger, une forme d'autisme.

Si beaucoup l'ont côtoyé dans la petite localité de Newtown, personne ne semble s'être rapproché de lui. « Il était solitaire. Je ne sais pas qui étaient ses amis », se souvient Claude Israel, une voisine. Adam Lanza ne semblait pas non plus avoir de profil sur Facebook, contrairement à beaucoup de jeunes de son âge. Et personne ne semble savoir ce qu'il faisait dans la vie, avant le drame.

Quelques rares photos de lui ont été publiées par les médias américains. On y voit un adolescent frêle, au regard fermé, caché sous une grande frange.

La perquisition menée vendredi dans la maison où il vivait avec sa mère devrait permettre d'en savoir plus sur lui. L'enquête à l'école et dans cette maison a déjà permis d'obtenir de « très bons éléments », a déclaré samedi le porte-parole de la police du Connecticut Paul Vance, sans toutefois nommer le présumé tireur.­­