NOUVELLES
15/12/2012 12:25 EST | Actualisé 14/02/2013 05:12 EST

Newtown: "On leur a dit que c'était un exercice" (employée de bibliothèque de l'école)

"On a dit (aux élèves) que c'était un exercice", a raconté samedi une employée de bibliothèque de l'école primaire de Newtown (Connecticut, nord-est) où une fusillade a fait 26 morts vendredi, dont 20 enfants.

"On leur a dit que c'était un exercice, comme ça ils savaient ce qu'il fallait faire, mais nous savions qu'il s'agissait de coups de feu", a raconté samedi lors d'une conférence de presse Mary Ann Jacob, employée de bibliothèque de l'école primaire Sandy Hook.

"Nous avions téléphoné au secrétariat" après avoir entendu du bruit sur le système de haut-parleurs de l'école, a-t-elle dit, "la secrétaire a dit qu'il y avait des coups de feu. Je suis encore étonnée qu'elle ait répondu au téléphone".

Mme Jacob, réprimant ses larmes, s'est souvenue de la directrice, Dawn Hochsprung, tuée dans la fusillade, "une amie très chère, une femme formidable et une super directrice". "J'ai entendu dire qu'elle était en réunion pas loin des deux classes (touchées), elle a dû sortir et tomber sur lui (le tireur) dans le couloir".

La psychologue de l'établissement, Mary Sherlock, a également été tuée, a-t-elle dit.

Mme Jacob, qui travaille dans cette école depuis "quatre ou cinq ans", ne sait rien du tireur présumé, présenté par les médias américains comme Adam Lanza, 20 ans, ou sur la mère de ce dernier retrouvée morte à son domicile.

Evoquant le moment du drame, Mme Jacob a raconté: "Il est passé par la porte d'entrée. Notre bibliothèque est à côté. Il est passé devant la première classe et est entré dans les deux classes suivantes où a eu lieu la fusillade".

Mme Jacob et deux collègues avaient rassemblé les élèves derrière des étagères, loin de la fenêtre. Voyant que la porte n'était pas verrouillée, ils se sont dirigés vers une remise où il y a avait des ordinateurs et de quoi dessiner. "On a enfermé les enfants là-dedans", a-t-elle dit.

Les adultes ont un temps refusé de répondre à la police qui tambourinait sur la porte, barricadée avec des étagères en fer. Ils ont été évacués plus d'une heure après les premiers tirs. "On a vu très vite qu'il manquait deux classes, deux classes de cours préparatoire", a-t-elle dit.

rom/ff/bdx