NOUVELLES
15/12/2012 08:28 EST | Actualisé 14/02/2013 05:12 EST

Les islamistes accusés de vouloir "truquer" le référendum en Egypte

L'opposition égyptienne a accusé samedi les Frères musulmans, dont est issu le président Mohamed Morsi, de chercher à "truquer" le référendum en cours sur un projet de Constitution contesté, en faisant état de nombreuses "violations".

"L'étendue des infractions (...) indique une volonté claire de truquer la volonté des électeurs de la part des Frères musulmans, dans le but de faire passer la Constitution de la confrérie", affirme dans un communiqué le Front du salut national (FSN), une coalition des principaux mouvements d'opposition.

Ces violations ont été constatées "dans tous les gouvernorats (votant samedi) et par le biais de moyens en grande partie similaires", ajoute-t-il.

Le Front a appelé "les instances concernées à assumer leurs responsabilités pour garantir la transparence" du vote et exhorté "le peuple égyptien à se rendre aux bureaux de vote pour dire 'non' et à empêcher toute tentative de truquer la volonté du peuple".

L'opposition affirme avoir notamment constaté que dans certains bureaux, des membres des Frères musulmans appelaient à voter "oui", que "du sucre, de l'huile et du thé ont été distribués" ou encore qu'au Caire, un juge avait empêché les électeurs chrétiens d'entrer, ce qu'il n'était pas encore possible de vérifier de source indépendante.

Dix gouvernorat sur vingt-sept, dont Le Caire et Alexandrie, votaient samedi sur un projet de Constitution qui divise le pays. Le reste de l'Egypte est appelé aux urnes le 22 décembre.

iba/cr/tp