NOUVELLES
15/12/2012 10:10 EST | Actualisé 14/02/2013 05:12 EST

Japon: les conservateurs bien placés pour remporter l'élection

TOKYO - Les Japonais ont voté dimanche dans des élections parlementaires et on s'attend à ce que celles-ci redonnent le pouvoir au parti conservateur, jadis dominant, après une pause de trois ans.

Un tel scénario ramènerait un gouvernement plus nationaliste alors que subsistent des tensions avec la Chine voisine.

Les principaux journaux du pays ont prédit que le Parti libéral démocratique (PLD), mené par le belliciste ancien premier ministre Shinzo Abe, remporterait une majorité des 480 sièges dans la chambre basse du parlement, quoique des sondages ont également indiqué que plusieurs électeurs demeuraient indécis dans les jours précédant l'élection.

Les électeurs ont tourné le dos au Parti démocratique du Japon, qui a été propulsé au pouvoir en 2009 mais n'a pas livré la marchandise sur une série de promesses électorales. Les Japonais sont également préoccupés par la campagne menée par le premier ministre actuel Yoshihiko Noda pour doubler la taxe de vente, un geste qu'il dit être nécessaire pour répondre aux coûts de plus en plus élevés de la sécurité sociale alors que la population vieillit.

Plusieurs Japonais sont actuellement désillusionnés de la politique et la confusion règne au pays avec l'apparition de nouveaux petits partis au cours des derniers mois qui épousent une variété de politiques qui ne sont pas toujours cohérentes.

L'un d'eux présente une image nationaliste, un autre est fortement anti-nucléaire, répondant à l'opposition a l'énergie atomique qui s'est déclenchée après les désastres de l'année dernière à Fukushima.

Toshiyuki Kataoka, un retraité de 67 ans résidant à Chiba, à l'est de Tokyo, a dit que les démocrates avaient dirigé le pays comme des novices. Il a toutefois dit qu'il les appuierait à nouveau parce qu'il craint l'influence nationaliste du PLD.

«Le PLD a été au pouvoir pendant plusieurs années, on ne peut pas s'attendre à ce que les démocrates réparent tout en quelques années», a-t-il fait valoir, ajoutant qu'il ne voulait pas faire partie du virage à droite du Japon.

Mais plusieurs Japonais ne partagent pas cette opinion.

Avec le pays pris dans deux décennies de marasme économique et sous la pression d'une Chine de plus en plus sûre d'elle-même, plusieurs électeurs pourraient se retourner vers le PLD, qui a guidé le pays pour la plupart de l'après Seconde Guerre mondiale, après avoir été déçus par les démocrates.

Le Japon doit faire face à une population vieillissante et en déclin, une dette nationale massive et de la concurrence intensifiée de voisins asiatiques comme la Corée du Sud, Taiwan et la Chine, qui ont tous des disputes territoriales avec le Japon.

Pour le politologue Koichi Nakano de l'université Sophia, l'élection portera surtout sur la punition que les électeurs infligeront aux démocrates. Le PLD pourrait quant à lui gagner des points grâce à son image de marque, qui est celle du parti perpétuellement et naturellement au pouvoir.