NOUVELLES
15/12/2012 10:05 EST | Actualisé 14/02/2013 05:12 EST

"Cauchemar", "impensable", "pourquoi?": la presse américaine s'interroge

La presse américaine était incrédule samedi matin après la tuerie dans une école du Connecticut où 20 enfants et 6 adultes sont morts, un "cauchemar" qui soulève, selon de nombreux éditoriaux, la question du contrôle des armes.

"Tuerie du Connecticut: choc, tristesse, et une question: pourquoi ?" s'interroge USA Today. "Impensable", enchaîne le Tampa Bay Times.

"L'Amérique pleure", "Massacre d'innocents", titre le Daily News. "L'impensable carnage de vendredi matin infligé par Adam Lanza, un tueur lourdement armé dans la ville de banlieue de Newtown sidère le pays et secoue le Président Obama, en larmes", écrit le tabloïd.

"La Nation en deuil après le massacre du Connecticut", titre plus sobrement le Wall Street Journal, le plus grand quotidien américain, qui estime que le président Obama, dans une conférence de presse émouvante, a remis en avant le débat sur les armes.

Le New York Times présente une Une très factuelle: "Un homme armé massacre 20 enfants dans une école du Connecticut; 28 morts, dont le tueur", dit le titre au-dessus d'une photo d'une professeur évacuant les enfants de sa classe en file indienne.

"Qui ferait ça à nos pauvres petits bébés?", pleure une enseignante de l'école dans un témoignage poignant alors qu'un article note "un appel prudent" de M. Obama "pour faire revivre le débat sur les armes".

"Cauchemar", "Massacre diabolique: un fou tue 20 enfants dans une école élémentaire du Connecticut, renvoyant une onde de choc à travers les Etats-Unis" ajoute le tabloïde New York Post.

Le Washington Post consacre aussi sa première page à la tuerie avec notamment une grande photo de parents effondrés.

Le Los Angeles Times souligne aussi que ce massacre "rallume le débat sur les armes".

Enfin, dans un éditorial touchant intitulé "Je t'aime, fais attention", en référence aux mots que prononcent tous les parents chaque matin en envoyant leurs enfants à l'école, le Chicago Tribune souligne que ce massacre "nous force à une certaine humilité devant notre impuissance."

bdx/jca