NOUVELLES
14/12/2012 12:03 EST | Actualisé 13/02/2013 05:12 EST

Soudan: Khartoum annonce l'envoi de renforts militaires au Kordofan-Sud

Les combats se poursuivent dans la région du Kordofan-Sud, dans le sud du Soudan, où le ministre de la Défense, Abdelrahim Mohamed Hussein, a annoncé de nouveaux renforts et où des rebelles ont affirmé vendredi avoir tué 21 soldats cette semaine.

En visite jeudi à Kadougli, chef-lieu du Kordofan-Sud, M. Hussein a annoncé l'envoi dans cette région de renforts et d'équipements supplémentaires.

"Même si la situation est stable dans les grandes villes et sur les routes principales, l'Etat doit étendre les zones sûres", a-t-il affirmé, selon l'agence de presse officielle Suna.

Parallèlement, les rebelles de la branche Nord du Mouvement de libération des peuples du Soudan (SPLM-N) ont publié une liste nominative de 21 soldats et miliciens tués cette semaine dans la région.

Une partie de ces soldats sont morts lorsque les forces soudanaises ont tenté en vain lundi, après un premier échec début novembre, de reprendre la ville de Daldako, contrôlée par les rebelles à une vingtaine de kilomètres au nord-est de Kadougli, selon le SPLM-N.

Le porte-parole de l'armée soudanaise n'était pas joignable dans l'immédiat vendredi.

Situés le long de la nouvelle frontière avec le Soudan du Sud, le Kordofan-Sud et le Nil Bleu sont en proie depuis l'été 2011 à des combats entre l'armée soudanaise et des mouvements rebelles dont une partie avaient combattu au côté des Sudistes lors de la guerre civile (1983-2005) qui a abouté à la partition.

Khartoum soupçonne le Soudan du Sud de soutenir le SPLM-N, ce que Juba et les rebelles démentent.

En septembre, les deux pays ont conclu un accord prévoyant une zone tampon démilitarisée à leur frontière commune et une reprise de la production pétrolière du Soudan du Sud, mais la méfiance réciproque empêche toute entrée en application.

Lundi, une visite à Khartoum de l'homologue sud-soudanais de M. Hussein, John Kong, a tourné court, les deux hommes renvoyant à de nouveaux pourparlers qui doivent avoir lieu samedi sous l'égide de l'Union africaine à Addis Abeba.

Dans un rapport mercredi, l'organisation Human Rights Watch a dénoncé des centaines de raids aériens indiscriminés de l'aviation soudanaise dans les zones tenues par les rebelles au Kordofan-Sud et au Nil Bleu et a appelé l'ONU à diligenter une enquête.

str-it/tg/fc/vl