NOUVELLES
14/12/2012 11:46 EST | Actualisé 13/02/2013 05:12 EST

Pascal d'une seule main

Blessé à l'épaule gauche au 4e round après avoir accroché son gant dans un câble, Jean Pascal a tout de même réussi son retour en battant le Polonais Aleksy Kuziemski par décision unanime, vendredi, au Centre Bell.

Un texte de Jean-François Chabot

À sa première sortie officielle depuis sa défaite devant Bernard Hopkins il y a 19 mois, Pascal (27-2-1, 16 K.-O.) s'est imposé courageusement en boxant d'une seule main pendant plus de six rounds.

À l'arrivée, les trois juges ont donné Pascal gagnant en remettant des cartes de 100-88, 98-90, 98-90.

Craignant la rouille, Pascal a joué de prudence en début de combat. Calme et visiblement peu impressionné par les attaques de son adversaire, le Lavallois a dicté la cadence. Kuziemski (23-5-0, 7 K.-O.) a subi la loi de l'ancien champion WBC des mi-lourds.

Les bombes ont martelé le visage de l'ancien olympien. Si Pascal avait pu se servir de ses deux mains, le Polonais serait tombé plus tôt au combat. La situation n'était pas sans rappeler le deuxième combat contre Adrian Diaconu où Pascal avait boxé en dépit d'une épaule disloquée.

À court de munitions

Au fur et à mesure que le combat avançait, Pascal restait l'agresseur. Kuziemski a tout pris. Il a vacillé. Mais plusieurs fois Pascal a manqué de temps en fin de round. Kuziemski est finalement tombé au 10e round, mais Pascal n'a pu l'achever.

« Au deuxième round, j'ai ressenti une douleur. C'était supportable, mais je ne pouvais plus lancer de coups avec ma gauche », a dit Pascal durant son point de presse. « Je ne pense pas que ce soit bien grave et j'espère reprendre l'entraînement d'ici une semaine ».

Le promoteur Yvon Michel a eu vite fait de rattraper la balle au bond pour corriger le tir. Même si le diagnostic initial effectué dans le vestiaire parle d'un nerf déplacé, le patron de GYM veut quand même attendre des examens plus approfondis avant de se prononcer sur la suite des choses pour son protégé.

À un certain moment, on a vu Pascal tenter de boxer en position de gaucher question de protéger son épaule blessée. « Je ne suis pas un très bon gaucher », a-t-il lancé avec un sourire en coin.

Les choses ne se sont pas arrangées par la suite. Après savoir envoyé Kuziemski au plancher au 10e avec une solide droite, Pascal a ressenti une douleur à sa main.

« Je n'avais plus de gauche, ni de droite. Heureusement, le combat tirait à sa fin », a conclu Pascal.

L'inquiétude sera réelle dans le camp Pascal, encore une fois plus fragile que malchanceux. Un adversaire plus aguerri lui aurait fait beaucoup plus mal dans les mêmes circonstances.