NOUVELLES
14/12/2012 02:51 EST | Actualisé 13/02/2013 05:12 EST

Légalisation de la marijuana dans deux États: Obama n'interviendra pas

WASHINGTON - Le président Barack Obama a déclaré vendredi qu'il n'interviendrait pas pour empêcher la légalisation de la marijuana à des fins récréatives au Colorado et dans l'État de Washington.

Lors d'une entrevue avec Barbara Walters diffusée vendredi sur la chaîne ABC, le président s'est fait demander s'il soutenait la légalisation de la marijuana dans ces États, approuvée par les électeurs lors de référendums tenus en novembre.

«Je n'irais pas jusque-là», a-t-il dit.

Mais M. Obama, qui a déjà admis avoir fumé de la marijuana quand il était jeune, a indiqué qu'il ne tenterait pas d'empêcher les deux États d'en légaliser la consommation à des fins récréatives, qui reste illégale en vertu des lois fédérales. Le ministère de la Justice est resté vague jusqu'à maintenant sur la position qu'il adopterait face à cette situation.

«Cela n'a aucun sens, quand il est question d'établir des priorités», de se concentrer sur la consommation de drogue dans des États où c'est maintenant légal, a dit le président.

Des partisans de la légalisation de la marijuana se sont dits soulagés par la prise de position de M. Obama, mais ils se demandent toujours de quelle façon les lois vont être appliquées. Ils soulignent que même si les consommateurs individuels ne seront plus accusés d'un crime, les producteurs et les vendeurs pourraient faire face à des poursuites, à des obstacles juridiques et à des saisies.

Barack Obama a simplement dit à Barbara Walters que poursuivre «les consommateurs récréatifs» ne serait pas la «priorité».

«Il y a des signes d'espoir», a commenté Alison Holcomb, qui a mené la campagne pour la légalisation dans l'État de Washington. «(Mais) je crois qu'il est juste de dire que nous avons besoin d'une solution législative».

Tom Angell, du groupe Marijuana Majority, a estimé que les commentaires du président n'apportaient rien de nouveau. Il a souligné que le gouvernement fédéral poursuivait rarement les consommateurs de marijuana et a jugé que M. Obama pourrait en faire plus en présentant le dossier au Congrès. Selon M. Angell, le président pourrait avoir recours à ses pouvoirs exécutifs pour reclasser la marijuana en tant que drogue légale.

Le département de la Justice ne s'attaque pas aux consommateurs récréatifs depuis des décennies. À cause de ses ressources limitées, le département se concentre surtout sur les grands trafiquants de drogue.

Néanmoins, le département de la Justice a répété à plusieurs reprises au cours des dernières semaines qu'il étudiait attentivement la légalisation de la marijuana par les électeurs du Colorado et de l'État de Washington. Les deux États ont exprimé des inquiétudes quant à la possibilité d'être poursuivis par le gouvernement fédéral.

Le porte-parole de la Maison-Blanche, Jay Carney, a déclaré vendredi que le président pensait qu'il y avait «de plus gros poissons à faire frire» dans la lutte contre la drogue.

«Mais la loi est la loi, et c'est pourquoi il a demandé au département de la Justice d'étudier ces propositions approuvées par les électeurs et de faire des évaluations de la façon dont nous devrions procéder», a dit M. Carney.