NOUVELLES
14/12/2012 10:37 EST | Actualisé 13/02/2013 05:12 EST

Lemieux en haute vitesse

David Lemieux n'aime pas faire traîner les choses. Il l'a prouvé une fois de plus, vendredi soir, au Centre Bell, en battant l'Espagnol Alberto Ayrapetyan en moins de deux rounds.

Un texte de Jean-François Chabot

Lemieux (28-2-0, 27 K.-O.) a envoyé son rival au pays des rêves à 1:21 du 2e round avec un puissant direct du droit venu couronner une salve de coups comme lui seul sait les assembler.

Ayrapetyan (20-4-0, 9 K.-O.) avait déjà été au plancher deux fois au cours de la première reprise. Le dommage était fait. Il ne restait à Lemieux qu'à compléter son oeuvre.

On reverra Lemieux en action le 8 février face au Colombien José Miguel Torres (26-5, 23 K.-O.).

Bon entraînement pour Bizier

Le Québécois Kevin Bizier (19-0, 13 K.-O.) a dû travailler plus longtemps que prévu avant de signer une victoire tout de même sans appel devant l'Américain Doel Carrasquillo (16-23-1, 14 K.-O.).

Envoyé au tapis deux fois dès le premier round d'un combat prévu en huit reprises, le visiteur de 39 ans s'est montré fuyant et pas très combatif pour le reste de son duel face au champion NABA des mi-moyens.

Bizier a eu beau le frapper sans arrêt, Carrasquillo restait évasif. Difficile de bien paraître face à un adversaire qui n'est pas venu pour se battre.

Après deux autres visites au plancher de celui qui se fait appeler « The Amish Guy » au 5e et au 8e round, le verdict des juges 80-68, 80-67 et 80-69 en faveur de Bizier n'a surpris personne.

Le petit gars de St-Émile défendra sûrement son titre nord-américain lors du prochain gala Rapides et Dangereux du 8 février au Centre Bell.

Belle remontée

L'Ontarien Logan McGuinness (19-0-1, 9 K.-O.), qui avait acquis la ceinture NABA des super-plumes en battant Benoît Gaudet en juin 2011, l'a défendue avec succès face au champion de la République dominicaine, Carlos Manuel Reyes (23-2-1, 15 K.-O.).

Oubliant l'avantage qu'auraient dû lui conférer sa plus grande taille et une plus longue portée, McGuinness est tombé dans le piège du corps-à-corps que lui a tendu Reyes au cours des trois ou quatre premiers rounds.

Réagissant avec vigueur, il a renversé la vapeur en envoyant Reyes au tapis au 5e. Le vent venait de tourner. Le Dominicain a revu le plancher de près tout juste avant la fin de la 8e reprise.

La victoire de McGuinness par décision unanime (95-93, 96-92, 97-91), devrait améliorer son classement mondial (7e à la WBA). Il devra toutefois aussi gagner en vitesse pour rivaliser avec les meilleurs.

Le coup de massue de la soirée appartient toutefois à Eleider Alvarez (11-0-0, 7 K.-O.) qui a stoppé le Britannique Danny McIntosh (13-4-0, 7 K.-O.) de façon brutale avec un crochet à la tête au 8e round.

Déjà bien installé et en avance sur la carte des juges, Alvarez a ainsi enregistré le premier vrai K.-O. de sa carrière professionnelle. Ses victoires précédentes obtenues avant la limite l'avaient été par arrêt de l'arbitre ou abandon de son adversaire.

Dure soirée

Trois visiteurs venus de Hongrie ont connu une dure soirée, qui heureusement pour eux fut de courte durée.

Richard Voros (4-11-0, 1 K.-O.), un poids coq qui n'avait que la peau et les os, n'a offert aucune résistance devant l'Ontarien Marc Pagcaliwangan (2-0, 2 K.-O.). Au point où son unique homme de coin a lancé la serviette au bout de 59 secondes du premier round.

Le compatriote de Voros, le poids lourd Lazlo Peczeli (4-3-1) s'est étendu de tout son long après seulement 23 secondes. La tête et les épaules à l'extérieur du ring et par-dessus la première corde, il s'est avéré une proie facile pour le Montréalais Oscar « Kaboom » Rivas (12-0, 7 K.-O.).

Enfin, Attila Tibor Nagy (4-6-0, 3 K.-O.) a préféré garder un genou au tapis après 1:48 du 3e round contre Andrew Gardiner (6-0, 3 K.-O.) d'Ottawa.