NOUVELLES
14/12/2012 09:51 EST | Actualisé 13/02/2013 05:12 EST

Le puissant ministre israélien Avigdor Lieberman démissionne

JÉRUSALEM - Le puissant ministre israélien des Affaires étrangères, Avigdor Lieberman, a annoncé sa démission vendredi, au lendemain de sa mise en accusation pour abus du confiance par le procureur général d'Israël.

La décision de M. Lieberman pourrait plonger le monde politique israélien dans la tourmente à seulement un mois des élections parlementaires, et avoir un impact important sur les calculs électoraux du premier ministre Benyamin Nétanyahou.

Dans un communiqué publié vendredi, Avigdor Lieberman a continué de clamer son innocence et a indiqué qu'il pourrait revenir en politique à temps pour les élections de janvier si les accusations sont abandonnées d'ici là, ou s'il réussit à conclure un accord avec la justice.

«Même si je sais que je n'ai violé aucune loi (...), j'ai décidé de démissionner de mon poste de ministre des Affaires étrangères et de vice-premier ministre», a dit M. Lieberman. «Après 16 ans d'enquête contre moi, je veux mettre fin à ce dossier rapidement, sans délai, et blanchir mon nom complètement», a-t-il ajouté.

M. Lieberman a indiqué qu'il avait pris sa décision vendredi après en avoir discuté avec ses avocats et le personnel de sa campagne électorale.

Le procureur général d'Israël a accusé M. Lieberman d'abus de confiance jeudi, mais a décidé d'abandonner des accusations plus graves dans une affaire de fraude et de blanchiment d'argent.

La décision du procureur général est survenue au terme d'une enquête qui a duré plus d'une décennie, et plusieurs politiciens l'avaient appelé à démissionner.

Le procureur soupçonne depuis longtemps M. Lieberman d'avoir reçu clandestinement des millions de dollars d'hommes d'affaires et d'avoir blanchi l'argent par le biais d'entreprises fictives en Europe de l'Est alors qu'il était député et ministre du cabinet. Le procureur général a cependant estimé que les preuves de ces allégations n'étaient pas assez solides.

Avigdor Lieberman a plutôt été accusé d'une infraction moins grave, soit d'avoir reçu du matériel officiel au sujet de l'enquête qui le visait par le biais de l'ancien ambassadeur d'Israël au Bélarus.

M. Lieberman, né dans l'ex-Union soviétique, dirige le parti ultranationaliste Israel Beytenou, particulièrement populaire chez les immigrants russes. Avec ses positions sans compromis, M. Lieberman a parfois indisposé ses alliés en Israël, tout en devenant une personnalité influente sur la scène politique de son pays.

Israel Beytenou et le parti Likoud du premier ministre Nétanyahou ont récemment uni leurs forces et font campagne ensemble pour les élections du 22 janvier. Les sondages laissent croire que les deux partis remporteront facilement la majorité au Parlement et qu'ils dirigeront la prochaine coalition au pouvoir.

M. Nétanyahou est largement considéré comme le favori au poste de premier ministre, mais le départ de M. Lieberman aura un impact majeur sur les négociations visant à former une coalition gouvernementale. Avigdor Lieberman est la principale personnalité de son parti et son départ laisse M. Nétanyahou avec une liste de candidats de deuxième ordre peu attirants pour les électeurs.

Le porte-parole de M. Lieberman, Tzachi Moshe, a indiqué qu'il ne démissionnait pas de la liste de son parti, ce qui signifie qu'il est toujours candidat au Parlement.