NOUVELLES
14/12/2012 09:31 EST | Actualisé 13/02/2013 05:12 EST

Le pétrole ouvre en hausse à New York, porté par un bon indicateur chinois

Les cours du pétrole ont ouvert en légère hausse vendredi à New York, encouragés par un bon indicateur manufacturier en Chine, de bon augure pour la demande mondiale en brut, et par des inquiétudes du côté de l'offre dans un contexte incertain au Moyen-Orient.

Vers 14H20 GMT, le baril de référence pour livraison en janvier gagnait 29 cents à 86,17 dollars, sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

"Les cours du brut sont soutenus par de bonnes nouvelles économiques en Chine, après la diffusion d'un rapport montrant l'expansion de l'activité manufacturière. Or toute amélioration de l'économie chinoise se traduit par des attentes d'une demande en brut accrue dans le pays", a expliqué Andy Lipow, de Lipow Oil Associates.

Un indice publié vendredi par la banque HSBC a en effet montré une accélération de l'activité manufacturière chinoise en décembre, qui est arrivée à son plus haut niveau depuis 14 mois après avoir enregistré en novembre sa première expansion depuis plus d'un an.

"Il s'agit du principal facteur de hausse du marché ce matin", a estimé M. Lipow.

D'autre part, des inquiétudes sur le front de l'offre accentuaient la tendance haussière sur les cours du brut, selon Robert Yawger, de Mizuho Securities, à la veille d'un referendum sous haute tension en Egypte sur un projet de Constitution.

Partisans et adversaires de ce texte se préparaient vendredi à de nouvelles manifestations au Caire.

Selon ses partisans, ce projet vise à doter le pays d'un cadre institutionnel stable, censé refléter les changements intervenus dans le pays depuis la chute de l'autocrate Hosni Moubarak début 2011.

L'opposition laïque, de gauche et libérale, dénonce en revanche un texte susceptible d'engendrer une islamisation accrue de la législation et de contenir des lacunes en matière de protection des libertés.

Des inquiétudes persistantes au sujet des négociations budgétaires aux Etats-Unis visant à éviter une cure d'austérité forcée, qui pourrait faire replonger l'économie américaine en récession faute d'accord politique avant début 2013, limitaient toutefois la hausse du marché, a noté M. Lipow.

Les courtiers craignaient en effet les effets de ce "mur budgétaire" sur la vigueur de la demande en brut au sein du premier consommateur de pétrole de la planète.

ppa/sl/bdx