NOUVELLES
14/12/2012 11:46 EST | Actualisé 13/02/2013 05:12 EST

Discovery fait un gros achat en Scandinavie et prépare une alliance avec TF1

Le groupe américain de médias Discovery passe à la vitesse supérieure en Europe, où il va racheter des activités de l'allemand ProSiebenSat.1 en Scandinavie et prépare son entrée dans Eurosport dans le cadre d'une alliance avec le français TF1.

Discovery a annoncé vendredi l'acquisition de SBS Nordic, qui réunit les 12 réseaux de télévision et les 19 stations de radio de ProSiebenSat.1 en Norvège, Suède, Finlande et au Danemark, sur la base d'une valeur d'entreprise de 1,3 milliard d'euros (1,7 milliard de dollars).

C'est "la plus grosse acquisition de l'histoire de Discovery" et sa "première incursion importante dans les contenus cryptés", a souligné son directeur général, David Zaslav, lors d'une conférence de presse.

Discovery va aussi faire "son premier pas dans le sport" dans le cadre d'un accord qu'il espère signer "dans les prochaines semaines" avec TF1, a-t-il ajouté.

Il devrait prendre pour 170 millions d'euros une participation minoritaire de 20% dans la chaîne sportive Eurosport, avec une option pour la porter à 51% deux ans après. Il pourrait même monter à terme jusqu'à 100%, puisque s'il exerce sa propre option, TF1 en aura une autre pour lui vendre ses 49% restants.

Cette procédure par étapes donne "le temps (...) d'apprendre à mieux connaître le secteur" de la télévision sportive, a souligné le dirigeant des chaînes internationales de Discovery, Mark Hollinger.

L'Américain pourrait aussi prendre pour 14 millions d'euros 20% d'une série d'autres chaînes (TV Breizh, Histoire, Ushuaïa TV, Stylia), avec une option pour monter à 49% deux ans après. Et il coopèrerait aussi avec TF1 dans la production.

L'ensemble de ces transactions aura un effet positif "immédiat" sur les bénéfices de Discovery et en fera "le plus grand programmeur de télévision payante au monde", s'est félicité M. Zaslav.

Il a souligné la complémentarité en termes géographiques de SBS Nordic et TF1 Eurosport avec ses activités actuelles, relevant aussi que cela "équilibre notre programme d'investissements à travers de multiples régions du monde". Discovery mène depuis 1989 une stratégie suivie de développement à l'international.

Pour le groupe américain, la Scandinavie est intéressante car ce sont des marchés télévisés "bien couverts, historiquement solides et stables", a expliqué M. Hollinger, soulignant que SBS Nordic affichait à la fois de bons revenus d'abonnement et publicitaires.

L'alliance avec TF1 permet pour sa part à Discovery d'augmenter sa présence en France et de "diversifier (son) portefeuille".

L'alliance est largement motivée par Eurosport, qui couvre 130 millions de ménages dans 59 pays, et dont M. Hollinger a vanté la capacité à "contrôler ses coûts en se concentrant sur des sports de niche mais populaires régionalement comme le tennis, le ski, le cyclisme ou le patinage, qui ont des fans passionnés mais des droits de diffusion plus bas".

Il a envisagé une réflexion sur "des opportunités de croissance pour Eurosport dans d'autres régions", rappelant que la chaîne était distribuée en Asie où Discovery cherche à se développer. L'Américain a toutefois rejeté l'idée de se lancer sur le marché de la télévision sportive aux Etats-Unis, jugé par M. Zaslav "agressif et déjà bien occupé".

Le groupe américain n'exclut pas en revanche de nouvelles acquisitions, même s'il a prévenu qu'il serait sélectif.

"Nous allons continuer à regarder" et être "opportunistes", a indiqué M. Zaslav. Mais il a prévenu que son groupe n'agirait que si les transactions lui permettaient d'améliorer sa croissance et de dégager "de réelles synergies".

bur-soe/sl/bdx

PLUS:afp