NOUVELLES
14/12/2012 10:31 EST | Actualisé 13/02/2013 05:12 EST

Brésil/Mondial-2014 - Fortaleza, premier de la classe

Le stade de la ville de Fortaleza, au nord-est du Brésil, rénové pour la Coupe des Confédérations 2013 et le Mondial-2014, sera le premier inauguré dimanche, dans un pays où les autres enceintes ont connu des retards avant des progrès notés par la Fifa en 2012.

Dimanche, la présidente Dilma Rousseff viendra en personne animer la cérémonie d'ouverture qui sera suivie d'un concert. Alors que le mythique Maracana de Rio est toujours hérissé d'engins de travaux, le stade appelé "Castelao" (le "châtelain", celui qui habite la "forteresse", origine de Fortaleza en portugais) impressionne après avoir fait peau neuve.

Doté d'un peu plus de 67.000 places (moins de 65.000 pendant le Mondial après redistribution pour les médias) l'enceinte est sertie de structures métalliques rappelant des voiles flottant au vent. "La culture de la mer est très présente dans l'Etat de Ceara, c'est la deuxième destination au monde pour les fans de kite-surf après l'Espagne", souligne avec enthousiasme Ferruccio Feitosa, secrétaire spécial de l'Etat de Ceara pour la Coupe du monde.

Ce quadragénaire au brushing impeccable jubile. Le "Castelao" est pratiquement fini mi-décembre, le gros des travaux se concentrant sur les accès au site. Le stade est donc prêt avant les dates butoirs de la Fifa: un premier évènement test (manifestation sportive ou autre) à organiser le 15 avril 2013 pour les stades de la Coupe des Confédérations (15-30 juin) et être prêt (ou donner des garanties) au moment du tirage au sort le 6 décembre 2013 pour ceux de la Coupe du monde 2014 (12 juin-13 juillet).

Fortaleza frappe fort avec un stade qui compte trois restaurants, un auditorium modulable en salle de cinéma et un musée du football régional. L'enceinte sera la première à accueillir un événement sportif (dimanche, il ne s'agit que d'une cérémonie) le 27 janvier avec un tournoi de quatre équipes brésiliennes: Recife, Fortaleza, Ceara et Bahia.

Belo Horizonte (centre-est) suivra le 3 février. Comment se fait-il que le projet à Fortaleza ait abouti sans encombres majeurs (en dehors des critiques de riverains relogés) quand les autres chantiers de stades ont souvent rimé avec casse-tête ?

La réponse de M. Feitosa renseigne par effet miroir: "Ce n'est pas à moi de juger ce qui n'a pas marché ailleurs, mais j'aurais aimé que tout le monde suive la même voie du succès, c'est uniquement une question de management, j'ai voulu que tout le monde vienne travailler dès la conception directement sur les lieux du chantier".

Le budget initial de 580 millions de reais (217 millions d'euros environ) n'a pas été dépassé et le service après vente est efficace, avec l'accent porté sur l'emploi sur le chantier de prisonniers en liberté conditionnelle ou régime de semi-liberté (comme pour le stade de Salvador de Bahia), d'handicapés ou encore le souci de la parité avec le rôle clé de femmes ingénieurs.

Et cette ville hôte de la Coupe des Confédérations 2013 et du Mondial-2014 s'est dotée d'un ambassadeur de charme avec Mirandinha, ex-joueur de la Seleçao. Ce bourlingueur a joué au Japon mais surtout à Newcastle. Il s'empresse d'ailleurs de demander des nouvelles d'un de ses anciens équipiers, Paul Gascoigne.

"C'était un bon garçon, bon joueur sur le terrain, mais en dehors, il avait un problème dans sa tête et faisait n'importe quoi", explique dans un anglais parfait l'homme à la frêle silhouette derrière ses petites lunettes rondes.

Mirandinha espère que le Mondial-2014 permette à Fortaleza de se faire un nom "à l'international" pour attirer les touristes sur ses nombreuses plages de sable fin bordées de cocotiers. Et comme lui, la ville se prépare à la fête, puisque le "Castelao" recevra au moins un match de la Seleçao pendant la Coupe des Confédérations et pendant le Mondial.

pgr/alh