NOUVELLES
14/12/2012 10:49 EST | Actualisé 13/02/2013 05:12 EST

Al-Nosra sur liste noire: prétexte à une intervention (opposition tolérée)

Un des dirigeants de l'opposition syrienne tolérée par le régime a estimé que la décision américaine d'inscrire les jihadistes du Front Al-Nosra sur la liste anti-terroriste visait à justifier des "frappes aériennes" américaines en Syrie.

Qadri Jamil, président du Front populaire pour le changement et la libération, un parti d'opposition toléré par le régime, et également vice-Premier ministre, s'exprimait lors d'une conférence de presse à Moscou retransmise par la télévision officielle syrienne.

"La question est pourquoi (les Américains) ont-ils inscrit le Front Al-Nosra sur leur liste des organisations terroristes? Je crains que ce ne soit pour justifier l'ingérence dans les affaires syriennes", a-t-il déclaré, disant redouter "des frappes aériennes américaines sur le sol syrien".

"Je suis très sceptique car je ne fais pas confiance à la position américaine", a-t-il ajouté. "Les factions armées en Syrie reçoivent leurs ordres et le soutien de l'Occident lui-même", a-t-il affirmé.

Le régime du président syrien Bachar al-Assad, qui ne reconnaît pas la contestation et l'assimile à du "terrorisme", appelle régulièrement au dialogue, une position rejetée par l'opposition qui refuse de négocier avant un départ de M. Assad.

A Moscou, M. Jamil, venu avec d'autres opposants membres de la "Coalition du changement pacifique", a rencontré le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov.

Il a affirmé avoir convenu avec M. Lavrov que le dialogue devait "commencer immédiatement" en Syrie, de même que la distribution de l'aide humanitaire dans le pays.

Ce dialogue, a ajouté M. Jamil, doit commencer par un accord sur le rejet de toute "ingérence extérieure".

bur-rd/sbh/fc