NOUVELLES
13/12/2012 11:02 EST | Actualisé 12/02/2013 05:12 EST

Val Gardena: Svindal et Jansrud sur la trace des Attacking Vikings

Les Norvégiens Aksel Lund Svindal et Kjetil Jansrud entendent faire revivre la flamme des Attacking Vikings sur la piste de Val Gardena, où ouvre la tournée italienne de la Coupe du monde de ski alpin avec un super-G, vendredi, et une descente samedi.

Cependant, alors que le super-G ne semble pas en danger, la descente est sous la menace de chutes de neige.

Le plus rapide du 1er entraînement mercredi, Svindal, en grande forme en ce début de saison, a été seulement devancé par Jansrud lors du second, jeudi.

Au bénéfice de deux victoires à Lake Louise, au Canada, et encore deux places de deuxième à Beaver Creek (Etats-Unis), le grand Nordique, digne successeur de Kjetil-Andre Aamodt et Lasse Kjus, a pris les devants au classement général de la Coupe du monde.

"L'équipement est parfait, des skis aux chaussures. J'avais trouvé les bons réglages en seconde partie de saison dernière, ce qui m'avait permis de bien terminer (3e au général, ndlr). Et, cet été, on s'est entraînés dans des conditions remarquables, sans blessure", remarque le double lauréat de la Coupe du monde (2007/2009).

"Pour ma part, j'ai été embêté avec mon dos cet été. Mais c'est plutôt en géant, ma discipline, que je ressens encore la douleur et le manque d'entraînement", explique Jansrud, 3e du super-G à Beaver Creek.

Svindal a deux occasions franches d'augmenter son avance au général aux dépens de l'Américain Ted Ligety, seulement au départ du super-G, et de l'Autrichien Marcel Hirscher, occupé à préparer les épreuves techniques d'Alta Badia et Madonna di Campiglio.

Si les Suisses sont en plein désarroi, les Français ont une revanche à prendre sur la Saslong, une piste qui leur a souvent souri.

Yohan Clarey et Adrien Théaux étaient 1er et 2e en 2011, après le passage de 21 concurrents, quand l'épreuve reine avait été interrompue et annulée en raison des fortes rafales de vent.

Pourtant, l'un et l'autre sont passés à autre chose. "Mon seul podium (de Coupe du monde, ndlr), c'est ici que je l'ai fait d'ailleurs (en 2010). C'est un endroit où je me sens bien", rappelle Clarey.

Et d'ajouter au sujet de sa mésaventure en 2011: "Un mauvais souvenir, oui et non, parce qu'on m'a un peu volé ce jour-là. Dans la manière et dans le résultat du ski que j'avais produit, c'était bon. Et ça me donne plus de confiance qu'autre chose."

Théaux a été le plus en vue du clan tricolore, avec le 6e temps du second entraînement jeudi, et le meilleur partiel dans le passage technique du Ciaslat, ex-aequo avec Svindal.

Rois de Beaver Creek -avec Christof Innerhofer et Matteo Marsaglia lauréats respectivement de la descente et du super-G-, les Italiens ont bien préparé leur retour au pays, si ce n'est que la Saslong tourne le dos aux +azzurri+ depuis les temps glorieux de Kristian Ghedina.

Et puis il y a ces prévisions météo qui laissent ouverte la descente à tous les scénarios.

Champion olympique mais à la peine depuis le début de saison, à l'image de son équipe, le Suisse Didier Défago résume l'équation: "La neige est très froide, agressive, et ça risque d'évoluer dans les prochains jours. Sur ce genre de piste l'erreur se paie cash. Il faudra faire presque l'épreuve parfaite."

Programme:

Vendredi 14 décembre: super-G (11h15 GMT)

Samedi 15: descente (11h15 GMT)

asc/bvo