NOUVELLES
13/12/2012 12:45 EST | Actualisé 12/02/2013 05:12 EST

Trop gros pour la Maison Blanche? "Ridicule", juge un gouverneur républicain

Le gouverneur du New Jersey Chris Christie, une des étoiles montantes du parti républicain, juge "ridicule" qu'on puisse mettre en doute sa capacité à devenir président en raison de son obésité.

"C'est ridicule. Je ne vois pas sur quoi cela se fonde", a déclaré M. Christie, 50 ans, qui a vu sa côte de popularité grimper depuis l'ouragan Sandy, dans une interview mercredi soir sur la chaîne de télévision ABC.

"Je pense que les gens m'ont vu ces dernières semaines dans l'ouragan Sandy, faisant des journées de 18 heures, et à nouveau le jour suivant, et j'étais aussi efficace au travail, donc je ne pense vraiment pas que ce sera un problème", a-t-il déclaré à la journaliste Barbara Walters, pour laquelle il fait partie des "dix personnalités les plus fascinantes de 2012".

M. Christie n'a cependant rien dit sur ses intentions. "Je ne sais pas si j'en aurai envie en 2016", a-t-il dit.

Le gouverneur du New Jersey est effectivement très gros --"un peu plus qu'un peu trop gros", a-t-il concédé dans l'interview, tout en expliquant qu'il n'avait jamais réussi à contrôler son poids.

"J'ai fait plus de régimes, de pertes et de reprises de poids dans ma vie, que je ne veux compter", a-t-il dit: "C'est quelque chose sur lequel je travaille actuellement. C'est une chose sur laquelle vous travaillez sans arrêt".

Ce républicain connu pour son franc-parler, élu gouverneur pour la première fois en 2009, avait refusé de se lancer dans la course à la présidentielle en octobre 2011. Mais il a été l'un des orateurs phare à la convention républicaine cet été, et il est déjà perçu comme l'un des espoirs républicains pour la présidentielle de 2016.

Il a été très actif après l'ouragan Sandy qui a durement touché son Etat, et n'avait alors pas hésité à saluer la réaction du président Barack Obama, quelques jours à peine avant le scrutin du 6 novembre.

Certains critiques l'ont accusé d'avoir ainsi aidé à la réelection du président démocrate, mais sa cote de popularité en a largement bénéficié. Dans un récent sondage, 89% des New-Yorkais pensaient que M. Christie avait fait du bon ou du très bon travail après Sandy, contre 75% pour leur maire Michael Bloomberg.

bd/mdm