NOUVELLES
13/12/2012 10:54 EST | Actualisé 12/02/2013 05:12 EST

Heurts à Hébron après la mort d'un adolescent palestinien tué par balles

Des heurts ont éclaté jeudi à Hébron (Cisjordanie) en marge des funérailles d'un adolescent palestinien tué mercredi soir par une garde-frontière israélienne, qu'il avait menacée avec un faux pistolet selon la police israélienne, a constaté l'AFP.

Plus de 2.000 personnes ont participé aux funérailles de Mohamed Ziad Salayma, âgé de 16 ans.

Des affrontements ont eu lieu entre protestataires palestiniens et forces de sécurité israéliennes avant et après les obsèques. Trois Palestiniens ont été blessés par des balles caoutchoutées tirées par les soldats israéliens. 25 ont souffert de suffocations dues aux gaz lacrymogènes.

Un porte-parole de l'armée israélienne a indiqué à l'AFP que l'armée avait dispersé des manifestants qui jetaient des pierres.

Des heurts s'étaient déjà produits peu après la mort de l'adolescent, tué par balles mercredi soir près d'un checkpoint israélien dans la vieille ville de Hébron.

"Un Palestinien s'est approché d'un poste tenu par des gardes-frontières (qui appartiennent à la police, ndlr). L'un d'eux lui a demandé ses papiers d'identité. Le Palestinien l'a alors attaqué et sorti un pistolet qu'il a dirigé vers sa tête. Un garde-frontière se trouvant à proximité a alors tiré et tué le Palestinien", avait affirmé une porte-parole de la police.

"Par la suite, des artificiers de l'armée ont constaté que le pistolet était en fait un jouet en métal", a-t-elle ajouté.

L'oncle de la victime, Nasser al-Salayma a affirmé à l'AFP que la version israélienne de la mort de son neveu était "inventée".

D'autres proches du jeune homme ont raconté qu'il était en route pour acheter un gâteau d'anniversaire lors de l'incident.

Peu de temps après, des activistes palestiniens ont identifié la garde-frontière qui a tiré sur Mohamed Salayma et diffusé sa photo sur des réseaux sociaux, en la qualifiant de "terroriste".

De leur côté, des Israéliens ont publié sa photo, saluant son "geste héroïque".

La jeune femme, interrogée par le quotidien anglophone Jerusalem Post a affirmé qu'elle n'avait aucun doute sur les intentions du Palestinien.

"Pour moi, il s'agissait d'un véritable pistolet pointé sur un soldat et c'était ma responsabilité d'agir afin de sauver sa vie", a-t-elle raconté.

"Je suis contente que cet incident s'est terminé sans blessé de notre côté et convaincue que tout officier dans cette situation aurait agi de la même manière", a-t-elle ajouté.

Quelque 190.000 Palestiniens vivent à Hébron, la plus grande ville palestinienne de Cisjordanie, dans un climat de tension avec 600 colons installés dans une enclave au coeur de la cité, ainsi que 6.500 autres habitant l'implantation de Kiryat Arba, à sa périphérie.

bur-sah-mib/agr/hj