NOUVELLES
13/12/2012 01:45 EST | Actualisé 12/02/2013 05:12 EST

Forum pour le Futur: la Tunisie propose un fonds d'appui pour les femmes

La Tunisie a proposé jeudi la création d'un fonds pour promouvoir la participation des femmes dans l'économie des pays du Moyen-Orient et d'Afrique du nord lors d'un Forum organisé avec les Etats-Unis.

"La Tunisie propose la création d'un fonds pour le Moyen-Orient et l'Afrique du nord pour promouvoir le rôle des femmes et financer leur participation dans le cycle économique en encourageant l'initiative privée", a déclaré le ministre tunisien des Affaires étrangères Rafik Ben Abdessalem à la clôture à Tunis du "Forum pour le Futur".

Le sous-secrétaire d'Etat américain, William Burns participait à ce 9e Forum qui se penche sur l'avenir politique et économique des pays du "printemps arabe" en présence de représentants du G8.

"La participation des femmes à la vie politique, économique et sociale reste en deçà des attentes, des conditions plus adaptées sont nécessaires pour qu'elles puissent accéder au processus de décision", a poursuivi M. Abdessalem, dont le parti islamiste Ennahda dirige le gouvernement post-révolution et domine l'Assemblée nationale constituante.

Il a en outre plaidé pour un appui accru à l'accès aux financements pour la création d'emplois pour les jeunes, le chômage étant "le principal défi" pour les pays de la région.

"Nos pays aspire à plus d'aide de la part des pays industrialisés, en particulier le G8, sous forme de facilités d'accès aux financements, d'assistance technique et d'aide à l'investissement", a-t-il ajouté.

Affirmant le caractère "universel des libertés qu'elles que soient les spécificités culturelles ou religieuses", M. Abdessalem a déclaré que le "Forum pour le Futur" offrait une occasion d'échanges sur "les moyens de garantir dans la pratique les libertés d'expression et d'opinion...".

"Dans la Tunisie post-révolution, nous oeuvrons à garantir la liberté à tous... en dépit des difficultés et des excès qu'elle peut engendrer", a-t-il assuré.

Le chef de la diplomatie tunisienne a par ailleurs souligné que l'avenir et le bien-être socio-économique de la région restait tributaire d'un "règlement juste, global et durable de la question palestinienne" et d'une "solution rapide du conflit en Syrie.

Bsh/alf/hj