NOUVELLES
13/12/2012 10:29 EST | Actualisé 12/02/2013 05:12 EST

Coupe du monde - Val Gardena: une piste pour les Français

Les Français abordent en confiance l'étape de Coupe du monde de ski alpin de Val Gardena, où la Saslong n'est jamais indifférente à leurs assauts, mais pourrait se donner cette année à la paire norvégienne Aksel Lund Svindal-Kjetil Jansrud.

Cependant, alors que le super-G ne semble pas en danger vendredi, la descente de samedi est sous la menace de chutes de neige.

Si ce fut festin pour Luc Alphand (1996) et Antoine Dénériaz, le vrai spécialiste de la Saslong, vainqueur de la descente en 2002 et 2003, la soupe à la grimace était au menu l'an dernier.

Yohan Clarey et Adrien Théaux, alors 1er et 2e, avaient été privés d'un probable doublé, l'épreuve reine ayant été interrompue et annulée après le dossard 21, en raison des fortes rafales de vent.

Pourtant, l'un et l'autre sont passés à autre chose. "Mon seul podium (de Coupe du monde, ndlr) que j'ai fait d'ailleurs, c'est ici (en 2010). C'est un endroit où je me sens bien", rappelle Clarey. Et d'ajouter au sujet de sa mésaventure en 2011: "Un mauvais souvenir, oui et non, parce qu'on m'a un peu volé ce jour-là. Dans la manière et dans le résultat du ski que j'avais produit, c'était bon. Et ça me donne plus de confiance qu'autre chose."

Théaux a été le plus en vue du clan tricolore, avec le 6e temps du second entraînement jeudi, et le meilleur partiel dans le passage technique du Ciaslat. "Même si j'ai toujours un peu de mal sur les neiges froides et sèches", souligne le skieur de Val Thorens.

En progrès cette saison, Guillermo Fayed est un inconditionnel de la Saslong et de ses +bosses de chameau+, avec un saut qui emmène les plus hardis à quelque 60 m. "On n'en pas peur, mais on sait que si on les attaque bien, on les finira bien. Leur sortie conditionne surtout le bas", remarque le Chamoniard.

Dossard 51, Alexandre Bouillot a montré également un bon feeling avec une montagne où une faute sur le haut et dans le Ciaslat fait baisser la vitesse et signe la condamnation.

Remarquable lors des quatre premières épreuves de vitesse de la saison (deux succès à Lake Louise, deux fois deuxième à Beaver Creek), Svindal s'annonce redoutable. "L'équipement est parfait, des chaussures aux skis. Et puis j'ai traversé l'été sans problème physique, avec d'excellentes conditions d'entraînement", explique le double vainqueur de la Coupe du monde (2007/2009), chrono de référence du 1er entraînement.

Le grand Nordique a deux occasions franches d'augmenter son avance au général aux dépens de l'Américain Ted Ligety, au départ seulement du super-G, et de l'Autrichien Marcel Hirscher, occupé à préparer les épreuves techniques d'Alta Badia et Madonna di Campiglio.

Dominateurs à Beaver Creek -avec Christof Innderhofer en descente et Matteo Marsaglio en super-G-, les Italiens ont bien préparé leur retour au pays, si ce n'est que la Saslong leur tourne le dos depuis les temps glorieux de Kristian Ghedina.

Et puis il y a ces prévisions météo qui laissent ouverte la descente à tous les scénarios.

Champion olympique mais à la peine depuis le début de saison, à l'image de son équipe, le Suisse Didier Défago résume l'équation: "La neige est très froide, agressive, et ça risque d'évoluer dans les prochains jours. Sur ce genre de piste l'erreur se paie cash. Il faudra faire presque l'épreuve parfaite."

Programme:

Vendredi 14 décembre: super-G (12h15, 11h15 GMT)

Samedi 15: descente (12h15, 11h15 GMT)

asc/jcp