NOUVELLES
13/12/2012 05:51 EST | Actualisé 12/02/2013 05:12 EST

Congo: les rebelles du M23 réclament la démission du président Joseph Kabila

BUNAGANA, République Démocratique Du Congo - Les rebelles du M23 qui ont entamé des négociations de paix avec le gouvernement congolais réclament la démission du président Joseph Kabila, révèle un document que l'Associated Press a pu consulter jeudi.

Jean-Marie Runiga, président du groupe rebelle M23, qui serait soutenu par le Rwanda, a exposé la liste de demandes qu'il entend présenter au gouvernement.

Le M23 s'est récemment retiré de Goma, capitale de la province du Nord-Kivu, dans l'est de la République démocratique du Congo, afin d'entamer des négociations avec le gouvernement du président Joseph Kabila.

Mais le gouvernement congolais et les rebelles ne s'entendent pas sur la façon dont ces négociations devraient être menées, qui elles devraient inclure et quels dossiers devraient être abordés.

Lundi, la délégation du M23 a refusé de participer à des réunions préliminaires en Ouganda, après que le représentant du gouvernement congolais se soit opposé à leur discours d'ouverture, qu'il a jugé «insultant».

Les rebelles sont revenus à la table des négociations mardi, mais les observateurs sont sceptiques quant à l'issue des discussions et doutent qu'elles puissent résoudre le conflit.

Lors d'une entrevue jeudi dans les territoires de l'est du Congo qu'il contrôle, le président du M23 a déclaré que s'ils en avaient l'occasion, les rebelles reprendraient la ville de Goma.

«Selon les informations que j'ai, (l'armée congolaise) renforce ses positions. Elle emmène des troupes, des armes et des munitions. Si nous sommes attaqués, nous nous réservons le droit de nous défendre et d'aller très loin. Et cette fois-là, nous ne nous retirerons pas», a dit M. Runiga lors d'une entrevue dans le salon de la maison où il vit, dans la ville frontalière de Bunagana.

Depuis le début du conflit, les rebelles du M23 demandent au gouvernement congolais de mettre en application l'accord de paix de 2009. Leurs demandes se sont élargies au fur et à mesure qu'ils ont gagné du terrain dans l'est du Congo et concernent maintenant toute une liste de dossiers, incluant la gouvernance, l'économie et des questions sociales.

La liste des demandes du M23, consultée par l'Associated Press, comprend la démission du président Kabila et la dissolution de l'Assemblée nationale. Les rebelles réclament la création d'un gouvernement de transition qui dirigerait le pays jusqu'à l'organisation de nouvelles élections.