NOUVELLES
12/12/2012 01:51 EST | Actualisé 11/02/2013 05:12 EST

USA: la banque centrale crée toujours plus de monnaie

La banque centrale des Etats-Unis (Fed) a annoncé mercredi qu'elle intensifierait à partir de janvier sa création monétaire pour soutenir la reprise de l'économie du pays en lançant un nouveau programme de rachats d'obligations du Trésor américain à long terme.

Ce nouveau programme se fera "initialement à un rythme de 45 milliards de dollars par mois", a indiqué le Comité de politique monétaire de la Fed (FOMC) dans un communiqué publié à l'issue de deux jours de réunion à Washington.

Ces rachats s'ajouteront aux 40 milliards de dollars de titres adossés à des créances hypothécaires que la Réserve fédérale achète sur les marchés chaque mois depuis septembre.

Le FOMC précise que la banque centrale poursuivra tous ces rachats "tant que la perspective du marché du travail ne s'améliore pas nettement".

Combinées au maintien du taux directeur de la Fed dans la fourchette de fluctuation de 0 à 0,25% qui lui est assignée depuis quatre ans, ces mesures exceptionnelles sont censées soutenir la reprise en maintenant une pression maximale sur les taux d'intérêt, du plus court au plus long terme, afin de stimuler l'investissement, la consommation et le marché immobilier.

Le Comité a d'autre part décidé de lier à trois facteurs économiques concomitants le maintien de son taux directeur à quasi zéro.

La Fed le maintiendra au plancher tant que le taux de chômage restera au-dessus de 6,5%, que les perspectives d'inflation à moyen terme ne dévieront pas de plus d'un demi-point par rapport à l'objectif de la Fed (2,0%) et que "les attentes d'inflation à plus long terme resteront bien arrimées", souligne son communiqué.

Cette décision a surpris les analystes. Ceux-ci estimaient dans l'ensemble que le consensus était encore loin d'exister sur ce sujet au sein du FOMC.

La décision de lancer un nouveau programme de rachats d'obligations d'Etat à hauteur de 45 milliards de dollars par mois était en revanche largement attendue.

Ce nouveau programme doit succéder à "l'opération Twist" par laquelle la Fed augmente la maturité moyenne de son portefeuille d'obligations du Trésor, et qui s'achève à la fin du mois.

Pour la banque centrale, le "Twist" consiste à acheter chaque mois pour 45 milliards de dollars d'obligations d'Etat à long terme en même temps qu'elle cède un montant égal de titres identiques, mais arrivant à échéance plus tôt, ce qui fait que ce programme ne s'accompagne pas de création monétaire, contrairement aux achats annoncés mercredi, qui ne seront accompagnés d'aucune cession.

Un membre votant du FOMC, Jeffrey Lacker, s'est opposé aux décisions de ses pairs, jugeant inopportuns les nouveaux rachats de titres de la Fed et les conditions mises au relèvement du taux directeur.

Les rachats directs d'obligations d'Etat à long terme étant globalement perçus comme plus efficaces au plan macroéconomique que les échanges pratiqués par le biais du Twist, ce nouveau programme est largement perçu comme un nouveau tour d'assouplissement monétaire.

La Fed a pour mission d'assurer le plein emploi et la stabilité des prix.

Elle estime que l'activité économique et l'emploi continuent de croître "à un rythme modéré", abstraction faite des aléas météorologiques, comme le passage meurtrier et destructeur de l'ouragan Sandy sur le nord-est des Etats-Unis fin octobre.

La banque centrale, qui a injecté sans les reprendre près de 2.500 milliards de dollars depuis le début de la crise, justifie sa décision de soutenir la reprise à fonds perdus par la crainte que, sans son aide, "la croissance économique ne soit pas assez forte pour permettre une amélioration soutenue de la situation du marché du travail".

mj/sl/sam