NOUVELLES
12/12/2012 02:30 EST | Actualisé 11/02/2013 05:12 EST

USA: la banque centrale abaisse légèrement sa prévision de croissance 2013

La banque centrale américaine (Fed) a légèrement abaissé mercredi sa prévision de croissance pour les Etats-Unis en 2013.

Selon le Comité de politique monétaire de la Fed (FOMC), la hausse du produit intérieur brut (PIB) américain en termes réels devrait être comprise entre 2,3 et 3,0% sur un an au quatrième trimestre 2013.

Dans ses prévisions précédentes publiées en septembre, le FOMC tablait sur une croissance comprise entre 2,5 et 3,0% à cette échéance.

A titre de comparaison, le Fonds monétaire international prévoyait pour sa part en septembre que l'économie américaine croîtrait de 2,5% en glissement annuel au quatrième trimestre de 2013, ce qui porterait la hausse du PIB sur l'ensemble de l'année à 2,1%.

La Maison Blanche, dont les dernières prévisions économiques remontent à l'été, table sur une croissance de 2,6% sur un an au quatrième trimestre de 2013, qui correspondrait à une hausse annuelle du PIB de 2,7%.

Tenant compte de la baisse du taux de chômage survenue depuis septembre, le Comité estime que celui-ci sera compris entre 7,4 et 7,7% en moyenne sur les trois derniers mois de 2013, ce qui correspond à une baisse de 0,2 point de sa fourchette de prévision précédente.

La Fed, qui a pour mission d'assurer le plein emploi dans un environnement de prix stables, estime que l'inflation devrait rester inférieure à 2,0% (son objectif de hausse des prix à moyen terme) jusqu'en 2015, dernière année sur lesquelles portent sa prévision.

Selon le FOMC, le plein emploi correspond à un taux de chômage compris entre 5,2 et 6,0%, et la décrue du chômage devrait être très lente puisque le taux officiel devrait encore être compris, selon lui, entre 6,8 et 7,3% fin 2014 et 6,0 et 6,6% fin 2015.

Selon ses prévisions, la croissance économique devrait se renforcer en 2014 (3,0 à 3,5% en glissement annuel au dernier trimestre) puis en 2015 (3,0 à 3,7%), ce qui est un peu moins bon que ce qu'elle prévoyait jusque-là (3,0 à 3,8% pour chacune de ces deux années).

mj/sl/are

PLUS:afp