NOUVELLES
12/12/2012 07:09 EST | Actualisé 11/02/2013 05:12 EST

Un chef rebelle syrien dénonce la décision américaine contre Al-Nosra

Le colonel rebelle Abdel Jabbar al-Oqaïdi, chef du conseil militaire de l'Armée syrienne libre (ASL) de la région d'Alep (nord), a condamné mercredi l'inscription par Washington du Front jihadiste al-Nosra sur sa liste des organisations terroristes.

"Nous rejetons cette décision. Le Front al-Nosra n'a jamais rien fait d'illégal ou de condamnable à l'encontre d'un pays étranger. Ils combattent en ce moment à nos côtés", a-t-il déclaré à l'AFP.

"Ce sont les dirigeants du régime que les Etats-Unis devraient inscrire sur la liste des organisations terroristes. Ils massacrent les civils, détruisent les mosquées et les maisons", a-t-il ajouté.

Le Front al-Nosra, dont on connaît peu de choses car ses hommes refusent de parler, tant aux journalistes qu'aux habitants en Syrie, qui a revendiqué la plupart des attentats-suicide dans le pays.

Inconnu avant le début de la révolte syrienne en mars 2011, Al-Nosra a connu une ascension fulgurante. Il est désormais présent sur la quasi-totalité des fronts, parvenant même à tenir les rebelles de l'ASL à l'écart de batailles cruciales, comme lors de la prise lundi d'une des dernières bases de l'armée dans le nord-ouest syrien.

Les Etats-Unis le considèrent comme une émanation d'Al-Qaïda en Irak (AQI). L'un de ses chefs présumés, Maysar Ali Moussa Abdallah al-Joubouri, mis sur la liste noire et visé par des sanctions financières américaines, est irakien et fut un membre éminent de l'AQI à Mossoul.

Les Etats-Unis ont placé mardi Al-Nosra sur leur liste des organisations terroristes étrangères "dans le contexte de leur soutien global au peuple syrien", estimant que "la vision violente et sectaire d'Al-Nosra est en contradiction avec les aspirations du peuple syrien".

Washington exprime depuis des mois sa crainte d'un "détournement de la révolution syrienne" par des islamistes radicaux armés.

hba/sbh/cnp