NOUVELLES
12/12/2012 08:53 EST | Actualisé 11/02/2013 05:12 EST

Syrie: USA misent sur une "victoire par les armes" de l'opposition (Moscou)

La Russie estime que les Etats-Unis "misent sur une victoire par les armes" de la nouvelle Coalition de l'opposition syrienne, après avoir reconnu cette entité, a déclaré mercredi le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov.

"J'ai été quelque peu surpris d'apprendre que les Etats-Unis ont reconnu par la voie de leur président la Coalition nationale (de l'opposition syrienne) comme le représentant légitime du peuple syrien", a déclaré M. Lavrov, cité par les agences russes.

En conséquence, "il faut croire que les Etats-Unis ont décidé de tout miser sur une victoire par les armes de cette coalition", a ajouté M. Lavrov.

"Cela va à l'encontre des accords définis dans le communiqué de Genève, qui préconise un début de dialogue inter-syrien entre les représentants, d'un côté du gouvernement, et de l'autre côté de l'opposition", a souligné M. Lavrov.

Le ministre russe faisait référence à l'accord sur les principes d'une transition politique en Syrie adopté le 30 juin à Genève par le Groupe d'action sur la Syrie.

Présent à Marrakech, pour la réunion du groupe des Amis du peuple syrien, le ministre allemand des Affaires étrangères, Guido Westerwelle, a rejeté les propos de son homologue russe.

"Nous considérons cette critique comme sans fondement et nous demandons à la Russie de reconnaître à son tour que le temps du régime d'Assad est révolu" en Syrie, a-t-il déclaré à des journalistes en marge de cette réunion.

Le président Barack Obama a annoncé mardi que les Etats-Unis reconnaissaient à leur tour la nouvelle Coalition de l'opposition syrienne comme la "représentante légitime" des Syriens.

La France avait été le mois dernier le premier pays occidental à reconnaître formellement la Coalition, qui regroupe depuis un mois plusieurs groupes d'opposition au régime du président Bachar al-Assad, comme le seul représentant légitime des Syriens.

Le gouvernement britannique, la Turquie et le Conseil de coopération du Golfe lui avaient emboîté le pas, suivis mercredi par le groupe des Amis du peuple syrien.

bfi-dlc/gk/cnp