NOUVELLES
12/12/2012 10:06 EST | Actualisé 11/02/2013 05:12 EST

Programme des brise-vent : plaidoyer pour les petits agriculteurs

Ottawa nuira aux petits agriculteurs en abolissant son Programme des brise-vent des Prairies, dit un fermier saskatchewanais ayant longuement profité de la mesure centenaire pour protéger ses récoltes.

Depuis 1901, le programme permet de planter des arbres gratuitement sur des terres agricoles situées au Manitoba, en Saskatchewan, en Alberta et dans la région de la rivière de la Paix en Colombie-Britannique, afin d'empêcher que les vents ne détruisent les récoltes.

Durant 30 ans, Gerald Willerth a planté jusqu'à 5000 arbres sur sa ferme de Saskatchewan. Il dénonce aujourd'hui énergiquement la décision du gouvernement fédéral, annoncée en avril. « Je crois qu'il s'agit d'une grave erreur », juge l'homme.

Il soutient que les propriétaires de grandes terres agricoles peuvent probablement se passer du programme avec la technologie à laquelle ils ont accès, mais ce n'est pas le cas des plus petites fermes. « Toutes les terres agricoles ne sont pas grandes », rappelle-t-il.

En plus de protéger les récoltes, les arbres plantés grâce au Programme des brise-vent des Prairies servent d'habitat à la faune sauvage et à freiner l'érosion des sols causée par les vents et la pluie, ajoute M. Willerth.

Le gouvernement fédéral insiste pour couper dans ses dépenses. Le fermier saskatchewanais propose donc que le gouvernement finance le programme de 3,5 millions de dollars en facturant un dollar ou deux par arbre aux producteurs agricoles. « L'ensemble du programme coûte environ 3,5 millions de dollars, et ils ont donné entre quatre et cinq millions d'arbres », calcule-t-il.

M. Willerth espère que le fédéral prendra en compte les pétitions envoyées aux autorités fédérales et déposées à la Chambre des communes.

Le programme prendra fin en 2013 si Ottawa maintient sa décision.