NOUVELLES
12/12/2012 03:11 EST | Actualisé 10/02/2013 05:12 EST

"Polar POD": comme un phare dérivant dans la houle antarctique (ENCADRE)

Comme un phare de 125 m de haut et 800 tonnes voguant dans la houle du Courant Circumpolaire Antarctique, le "Polar POD" (plate-forme océanographique dérivante), conçu par Jean-Louis Etienne et le cabinet d'architecture navale Ship Studio de Lorient, est un vaisseau scientifique futuriste, écologique et économique.

C'est une colonne en acier à la structure en treillis d'une grue, surmontée d'une nacelle en aluminium qui peut accueillir 7 personnes (3 marins et 4 scientifiques), vivant en totale autonomie pendant plusieurs mois, ainsi que dans une station spatiale habitée.

Le "Polar POD" sera acheminé sur sa zone d'étude autour de l'Antarctique, tracté à l'horizontale par un navire dans le courant des Aiguilles, à l'extrême Sud-Est du continent africain, puis placé en position verticale par le remplissage d'un ballast de 150 tonnes d'eau.

Sa partie immergée (tirant d'eau) est de 75 m.

Deux ailes se déploient de part et d'autre de la nacelle à 20 m au-dessus des flots, lui donnant l'apparence d'un grand papillon des mers poussé par les puissants vents des "50e hurlants".

C'est un vaisseau dont l'énergie propre est produite par trois éoliennes à son sommet et une hydrolienne (moulin à eau) immergée, produisant en permanence l'électricité stockée dans des batteries au lithium-ion.

Le Polar POD va offrir aux scientifiques une présence permanence en mer dans une région rarement explorée à un coût journalier sans commune mesure et très largement inférieur à celui des navires océanographiques traditionnels (entre 30.000 et 40.000 euros/jour), qui ont d'importants équipages et consomment une tonne de fuel à l'heure.

PF/ep/eb