NOUVELLES
12/12/2012 12:13 EST | Actualisé 11/02/2013 05:12 EST

Mandat d'arrêt syrien contre le chef de l'opposition libanaise Saad Hariri

La justice syrienne a émis des mandats d'arrêt contre le chef de l'opposition libanaise antisyrienne Saad Hariri et un député libanais, accusés d'envoyer des armes à la rébellion en Syrie secouée par un conflit armé, a indiqué mercredi l'agence officielle Sana.

"Le procureur général à Damas a émis des mandats d'arrêt contre Saad Hariri et le député Okab (Bien: Okab) Sakr", membre du parti de M. Hariri, hostile au régime syrien de Bachar al-Assad, a indiqué Sana sans plus de précisions.

Une source au sein des services de sécurité libanais a confirmé cette information à l'AFP à Beyrouth, précisant que ces mandats étaient "parvenus hier (mardi) aux autorités libanaises".

Les médias libanais proches du régime Assad avaient publié des enregistrements de conversations entre le député Sakr et des opposants syriens lui réclamant des armes.

M. Sakr avait riposté en accusant ses détracteurs d'avoir manipulé les enregistrements. Il a reproduit des enregistrements, selon lui non coupés et montés, dans lesquels il rejetait les demandes des opposants et affirmait que les aides de M. Hariri au peuple syrien se limitaient au volet humanitaire.

Sana a aussi indiqué que la justice syrienne avait émis un mandat d'arrêt contre Louaï Meqdad, un des responsables de l'Armée syrienne libre (ASL, rebelles), l'un des interlocuteurs d'Okab Sakr dans les enregistrements qui ont créé une polémique au Liban, longtemps sous la tutelle du voisin syrien.

A Beyrouth, la justice militaire libanaise a décidé mercredi de convoquer le 14 janvier le chef des services de renseignements syrien Ali Mamlouk et l'assignation va lui être transmise par le biais du Premier juge d'instruction militaire à Damas, selon une source judicaire à Beyrouth.

En revanche, la conseillère de M. Assad, Bouthaina Chaabane, ne sera pas convoquée "à l'étape actuelle" à témoigner dans l'enquête sur l'ex-ministre libanais pro-syrien Michel Samaha, accusé d'avoir préparé avec le général Mamlouk des attentats au Liban.

rm/sbh/tp