NOUVELLES
12/12/2012 02:38 EST | Actualisé 11/02/2013 05:12 EST

Les retraités du secteur public bien plus confiants que ceux du privé

MONTRÉAL - À l'approche de l'âge de la retraite, les employés du secteur public sont passablement plus confiants que ceux du secteur privé quant à leurs revenus de retraite. Ils sont aussi plus nombreux à estimer avoir un revenu de 50 000 $ et plus à la retraite.

Environ sept employés sur 10, dans le secteur public, prévoient avoir comme principale source de revenus à la retraite un régime de pension lié au travail, contre seulement deux sur 10 dans le secteur privé.

Ces données ressortent d'un colloque sur le vieillissement, dont les actes ont été rapportés mercredi par l'Institut de la statistique du Québec. Les résultats de plusieurs études y avaient été rapportés et discutés, traitant notamment de la retraite.

On y relate, par exemple, que 82 pour cent des employés du secteur public âgés de 50 à 54 ans se disent confiants quant à leurs revenus de retraite, comparativement à 61 pour cent chez les employés du même âge dans le secteur privé.

«Dans le public, il reste que la grande partie de leur retraite sera financée par des régimes de retraite de leur employeur», ce qui est loin d'être toujours le cas dans le secteur privé, a expliqué en entrevue Luc Cloutier-Villeneuve, analyste en statistiques du travail à l'Institut de la statistique du Québec.

«Le fait d'avoir un régime de retraite présent (au travail) nous incite à être plus confiant que quand on n'en a pas. Dans le privé, c'est beaucoup moins présent les régimes de retraite», a-t-il précisé.

Pour ce qui est des revenus, chez les employés de 55 ans et plus, ils sont 25 pour cent dans le secteur public à estimer pouvoir compter sur des revenus de 50 000 $ et plus, contre seulement 12 pour cent dans la même situation pour le secteur privé.

À l'inverse, on retrouve 30 pour cent des employés du secteur privé âgés de 50 à 54 ans qui comptent sur un revenu de retraite de moins de 25 000 $, contre 16 pour cent chez ceux du secteur public.

Par exemple, 35 pour cent des employés du secteur privé âgés de 55 ans et plus auront comme «principale» source de revenu à la retraite le régime public, contre seulement 14,5 pour cent dans le secteur public. Chez les 50 à 54 ans, la proportion est de 31 pour cent pour le privé par rapport à 13 pour cent pour le public.

Les études rapportées laissent aussi voir qu'en plus des employés du secteur privé, les travailleurs peu scolarisés seront désavantagés au moment de la retraite.

Ainsi, 24 pour cent des travailleurs de 55 ans et plus ayant fait des études postsecondaires auront comme principale source de revenu à la retraite le régime public, contre 39 pour cent chez les travailleurs ayant un diplôme d'études secondaires ou moins.

Toujours dans cette catégorie d'âge, 39 pour cent auront comme principal revenu de retraite une pension liée au travail chez ceux qui ont fait des études postsecondaires, contre seulement 18 pour cent chez ceux qui ont un diplôme d'études secondaires ou moins.

«Les femmes, les personnes moins scolarisées et les travailleurs du secteur privé apparaissent moins avantagés», conclut-on dans le rapport du colloque.

Pour M. Cloutier-Villeneuve, cela ramène le débat du régime public de retraite. «C'est clair que tout l'enjeu des régimes de retraite publics va être teinté par le fait que ceux qui en dépendent le plus, ce sont des gens qui sont peu scolarisés, qui ont des emplois peu qualifiés, moins rémunérés, donc qui arrivent difficilement à s'en tirer», a-t-il rappelé.