NOUVELLES
12/12/2012 09:49 EST | Actualisé 11/02/2013 05:12 EST

Le prix Gebrane Tuéni pour la liberté de la presse au caricaturiste syrien Ali Farzat

Le prix Gebrane Tuéni pour la liberté de la presse 2012 a été remis au célèbre caricaturiste syrien Ali Farzat, récompensant sa lutte pour "dénoncer les abus de pouvoir et le régime syrien" à travers ses dessins.

M. Farzat n'était pas présent à Beyrouth lors de la cérémonie mardi de remise du prix par le quotidien libanais An-Nahar et l'Union mondiale de la presse, mais a prononcé un discours via Skype.

Evoquant la révolte populaire lancée en mars 2011 en Syrie, il a déclaré: "Je me suis retrouvé dans la rue dès le début de la révolution syrienne. Je n'invente rien, c'était dans l'ordre naturel des choses que je m'y trouve".

Actuellement installé au Koweït après avoir quitté la Syrie, M. Farzat a expliqué à l'AFP ne pas s'être rendu au Liban par crainte de représailles du mouvement chiite libanais Hezbollah, un allié du régime en Syrie, ancienne puissance tutélaire du Liban.

Le 25 août 2011, M. Farzat avait été enlevé et frappé à Damas par des membres des services de sécurité masqués et des miliciens du régime d'Assad. Il avait subi notamment des fractures aux mains.

Ses critiques acerbes et ses dessins lui ont valu une interdiction en 2003 de la publication de sa revue satirique "Al-Domari".

M. Ferzat, né en 1951 à Hama, dans le centre de la Syrie, est l’un des caricaturistes les plus célèbres du monde arabe. Il a remporté de nombreux prix, dont le prestigieux prix Sakharov du Parlement européen et le prix de la liberté de la presse décerné par Reporters sans frontières (RSF) et le journal français Le Monde.

Le prix Gebrane Tuéni rend hommage au journaliste et propriétaire du journal al-Nahar engagé contre la politique syrienne et tué en décembre 2005 dans un attentat. Outre Gebrane Tuéni, plusieurs autres personnalités libanaises antisyriennes ont été assassinées dans une série d'attentats à la même époque.

bur/ks/rd/sbh/sw