NOUVELLES
12/12/2012 02:42 EST | Actualisé 11/02/2013 05:12 EST

La Fed dépensera 45 milliards $ US par mois pour ses achats obligataires

WASHINGTON - La Réserve fédérale des États-Unis dépensera 45 milliards $ US par mois pour soutenir son programme visant à garder les taux d'intérêt à long terme à leur faible niveau. La banque centrale américaine a en outre indiqué qu'elle planifiait maintenir son taux d'intérêt directeur à court terme près de zéro jusqu'à ce que le taux de chômage recule en deçà de la barre des 6,5 pour cent.

Ces politiques ont pour but d'aider une économie qui ne connaît qu'une croissance modeste, a rappelé la Fed, et dont le taux de chômage était de 7,7 pour cent en novembre.

Les rendements des actions et des obligations ont grimpé après la publication de la déclaration de la Fed, mercredi, au terme de sa dernière rencontre de l'année au sujet de sa politique monétaire.

Le rendement des bons du Trésor de 10 ans est passé à 1,69 pour cent, contre 1,65 pour cent avant l'annonce.

La Fed a précisé que l'argent investi irait dans les bons du Trésor à long terme, en remplacement d'un programme d'achats obligataires qui vient à échéance. Les nouveaux achats engraisseront son portefeuille d'investissement, qui a atteint près de 3000 milliards $ US.

La banque centrale continuera en outre à acheter pour 40 milliards $ US par mois d'obligations hypothécaires. Dans l'ensemble, le montant mensuel de ses achats d'obligations restera à 85 milliards $ US. Ces investissements visent à réduire les taux à long terme — qui sont déjà à un creux record — pour encourager les emprunts et accélérer la croissance.

La Fed a affirmé qu'elle poursuivrait ses achats obligataires jusqu'à ce que le marché de l'emploi s'améliore de façon substantielle, précisant qu'elle pouvait se le permettre parce que l'inflation reste inférieure à sa cible.

La Réserve fédérale a aussi maintenu son taux directeur à court terme à son creux record près de zéro, où il se trouve depuis maintenant quatre ans. La Fed a indiqué mercredi que tout changement à son taux directeur serait tributaire d'un plus faible taux de chômage tant que l'inflation resterait inférieure à 2,5 pour cent.

Avant mercredi, la banque centrale avait dit qu'elle planifiait que son taux directeur ne bougerait pas au moins jusqu'à la mi-2015.

La déclaration de la banque a été approuvée par un vote de 11 voix contre une. Jeffrey Lacker, président de la Réserve fédérale de Richmond, s'y est objecté pour la huitième fois cette année.