NOUVELLES
12/12/2012 02:43 EST | Actualisé 10/02/2013 05:12 EST

Intoxication au monoxyde de carbone : Boucher Lortie montrée du doigt

À Saint-Frédéric, en Beauce, les propriétaires d'une résidence qui ont été intoxiqués mardi soir par du gaz carbonique blâment sévèrement l'entreprise Boucher Lortie.

L'entreprise a installé une nouvelle fournaise et une cuisinière au gaz naturel chez eux la semaine dernière. Or, depuis l'installation de ces équipements, plusieurs ennuis sont survenus, affirme le père de la famille, Gérald Nicolas. M. Nicolas mentionne qu'une fuite de gaz, qui a été colmatée, est survenue avec la cuisinière et que des problèmes avec l'appareil de chauffage ont suivi.

Cet équipement fonctionnait sans arrêt, car une pièce avait été mal installée, dit-il. Devant cette situation, Gérald Nicolas dit avoir téléphoné deux fois à l'entreprise Boucher Lortie, mais sans succès.

Pour M. Nicolas, l'entreprise Boucher Lortie a fait preuve de négligence. « On aurait pu tous mourir [...] Il y avait des problèmes depuis le début puis personne ne semble vouloir s'activer à trouver une solution concrète pour régler le problème une fois pour toutes », a-t-il ajouté.

La famille songe à intenter une poursuite.

Boucher Lortie réagit

Le propriétaire de l'entreprise Boucher Lortie, Marco Boucher, dit prendre la situation au sérieux. Il estime toutefois que toutes les installations sont conformes. Il croit que le problème pourrait venir de la cheminée. L'entreprise a dépêché des équipes sur place pour tenter de comprendre le problème.

M. Boucher soutient par ailleurs que la famille n'a tenté de les contacter qu'une seule fois, en dehors des heures d'ouverture, et que la réceptionniste du service téléphonique leur a suggéré de composer le 911.

Rappelons que mardi soir, les propriétaires de la demeure de Saint-Frédéric et leurs deux fillettes ont été fortement intoxiqués par du monoxyde de carbone. La famille a obtenu son congé de l'Hôtel-Dieu de Lévis où elle avait été conduite pour y subir des traitements en chambre hyperbare.