NOUVELLES
12/12/2012 03:42 EST | Actualisé 10/02/2013 05:12 EST

Graffitis anti-chrétiens dans un cimetière et un monastère de Jérusalem

Des inscriptions anti-chrétiennes ont été découvertes mercredi matin dans un monastère et un cimetière de Jérusalem, un nouvel acte de vandalisme israélien présumé, condamné par le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu.

Des graffitis insultants envers Jésus Christ ont été inscrits "en hébreu sur les portes du cimetière arménien, ainsi que sur (les murs) d'un monastère appartenant à l'Eglise grecque-orthodoxe où ont également été inscrits +Joyeux Hanouka+ et +prix à payer+. Les pneus de trois voitures ont été crevés près du monastère", a indiqué une porte-parole de la police israélienne, Louba Samri.

Des ultras de la colonisation mènent depuis des années une politique dite du "prix à payer", consistant à se venger sur des villageois palestiniens, des lieux de culte musulmans et chrétiens, des militants pacifistes israéliens, voire l'armée israélienne, des décisions gouvernementales qu'ils jugent hostiles à leurs intérêts.

La porte-parole a précisé qu'une voiture avait été incendiée et les graffitis "le prix à payer" et "joyeuses fêtes" avaient été apposés -en allusion à la fête juive de Hanouka, célébrée cette semaine- au cours d'une troisième attaque, relevant apparemment elle aussi du "prix à payer" dans le village de Choukba, en Cisjordanie, près de Ramallah.

Elle a ajouté que la police enquêtait sur les trois attaques.

Le père Claudius, l'abbé du monastère, a dit avoir découvert le graffiti à 04H30 (02H30 GMT) lorsqu'il s'est levé pour prier. "C'est la septième fois que cela arrive", a-t-il déclaré à des journalistes sur place.

"Je leur pardonne. Je crois dans la paix et l'amour des gens de toutes les religions", a-t-il dit, interrogé par la radio publique israélienne, en ajoutant qu'il ne savait pas qui était à l'origine des graffitis.

Dans un communiqué, le Premier ministre israélien a assuré que "les valeurs juives avec lesquelles nous avons grandi et dans lesquelles nous éduquons nos enfants rejetaient complètement ce genre de comportement".

"La liberté de culte pour toutes les religions en Israël sera préservée et nous poursuivrons en justice les personnes immorales qui ont commis ces actes", a ajouté M. Netanyahu.

Malgré les condamnations systématiques de tels actes par les autorités israéliennes, leurs auteurs sont rarement appréhendés et traduits en justice.

En novembre, la police israélienne a annoncé conduire depuis plusieurs mois "des enquêtes poussées au sujet des auteurs de crimes idéologiquement motivés".

sy-sah-dms/sst/sw