NOUVELLES
12/12/2012 11:33 EST | Actualisé 11/02/2013 05:12 EST

Explosions devant le ministère de l'Intérieur à Damas: des blessés (TV)

Trois explosions, dont l'une causée par une voiture piégée, ont visé mercredi le ministère de l'Intérieur à Damas, faisant des blessés, a rapporté la télévision officielle syrienne.

"Trois explosions, dont celle d'une voiture piégée, ont visé le ministère de l'Intérieur à Kafar Soussé, dans l'ouest de Damas, et ont fait plusieurs blessés", a indiqué la chaîne en précisant que les attentats avaient eu lieu devant le portail principal du ministère.

Les premières images diffusées par la télévision al-Ikhbariya, la chaîne d'Etat d'informations en continu, ont montré des traînées de sang au sol ainsi que de larges cratères creusés au milieu de gravats.

Depuis le début de la révolte contre le régime du président Bachar al-Assad en mars 2011, Damas, la ville la plus sécurisée du pays, a été secouée par une série d'attaques meurtrières à la bombe, dont des attentats suicide, qui ont pour la plupart visé des bâtiments gouvernementaux et de sécurité.

La simultanéité des attaques est le modus operandi des groupes appartenant au réseau Al-Qaïda.

L'attentat le plus spectaculaire a eu lieu le 18 juillet, lorsque quatre hauts responsables de la Sécurité, dont le beau-frère de M. Assad, ont été tués dans un attentat visant le bâtiment de la Sécurité nationale à Damas et revendiqué par des rebelles de l'Armée syrienne libre (ASL).

Selon Washington, qui vient de placer sur sa liste des organisations terroristes les jihadistes du Front Al-Nosra, ce groupe a revendiqué depuis novembre 2011, 600 attaques, dont 40 attentats suicide dans les principales villes de Syrie dévastée par près de 21 mois de conflit qui ont fait plus de 42.000 morts selon une ONG syrienne.

Le 18 octobre, un homme circulant en moto s'était fait exploser près du siège du ministère de l'Intérieur à Damas et le 26 septembre, un double attentat a visé le siège de l'état-major et a été revendiqué par des groupes jihadistes. L'attaque la plus meurtrière à Damas avait fait 55 morts en mai.

bur-sbh/sk/tp