NOUVELLES
12/12/2012 02:43 EST | Actualisé 11/02/2013 05:12 EST

Doha Goals - Attias: "Secteur privé et secteur public doivent s'y mettre"

"Le secteur privé et le secteur public doivent s'y mettre", souligne Richard Attias, producteur exécutif de Doha Goals, forum mondial du sport qui s'est achevé mercredi au Qatar, alors que les initiatives qui y ont germé attendent maintenant une mise en oeuvre concrète.

Q: Quelles conclusions tirez-vous du Doha Goals?

R: "Le sentiment est très positif. Doha Goals s'inscrit vraiment comme un parapluie qui pourrait permettre de donner une chambre d'écho à l'ensemble des initiatives qui existent déjà. L'idée de Doha Goals était de fédérer toutes les personnes de bonne volonté qui ont définitivement compris que le sport pouvait jouer un rôle formidable, tant dans l'économie que dans le social. Et beaucoup d'hommes politiques l'ont compris, comme Nicolas Sarkozy et Ali Bongo. Il y a une prise de conscience internationale sur le fait qu'il faille compter définitivement avec le sport, et pas seulement pour partager des émotions".

Q: Il faudra cependant attendre encore pour voir la concrétisation réelle de ces idées...

R: "Le Qatar a fait le premier effort, celui de créer Doha Goals qui représente un investissement financier. Maintenant, comme toujours il va falloir que le secteur public et le secteur privé s'y mettent. S'il apparaît dans un an que tout cela a été une belle réunion mais qu'il n'en n'est rien sorti, très franchement, sans vouloir nous dédouaner, ça n'aura pas dépendu que de nous. On va continuer à se battre pour que l'ensemble des personnes venues ne soit pas venu que pour faire 2-3 jours de réunion, avec le +Y'a qu'à, faut qu'on+"

Q: La structure de Doha Goals évolue donc bien vers une ONG?

R: "Pour le moment, ce n'est pas encore une ONG pour des raisons purement administratives. Il faut respecter certains critères, mais en tout début 2013 je ne serais pas surpris que Doha Goals obtienne un statut d'ONG. Le fait que le partenariat avec l'ONU intervienne dans les prochaines semaines risque de faciliter cela. Le bureau des Nations Unies pour le sport au service du développement et de la paix (UNOSDP), basé à Genève, a considéré que la mission du Doha Goals était très intéressante, et qu'elle correspondait à leur mission. On va se donner quelques semaines pour finaliser".

Propos recueillis par Frédéric BOURIGAULT

fbr/gv