NOUVELLES
12/12/2012 06:24 EST | Actualisé 11/02/2013 05:12 EST

Des moines birmans réclament des excuses du gouvernement pour la répression

RANGOON, Myanmar - Des moines bouddhistes ont manifesté pacifiquement mercredi dans plusieurs villes de la Birmanie pour réclamer des excuses formelles du gouvernement pour la récente répression des manifestants opposés à un projet minier, qui a blessé une centaine de moines.

Des manifestations ont eu lieu à Rangoon et à Mandalay, les deux plus grandes villes du pays, à Monywa, la ville la plus proche de la mine dans le nord-est de la Birmanie, et dans au moins six autres localités.

Les forces de sécurité ont surveillé les manifestations, mais sans intervenir.

Les moines se disent insatisfaits des excuses présentées par le gouvernement jusqu'à maintenant. Le 29 novembre, la police avait eu recours à des canons à eau, des gaz lacrymogènes et des bombes fumigènes pour mettre fin à une occupation de 11 jours du projet minier Letpadaung, mené par une entreprise contrôlée par l'armée birmane et une entreprise chinoise.

Les manifestants exigeaient la suspension du projet minier, estimant qu'il cause des problèmes environnementaux, sociaux et de santé.

À Rangoon, environ 400 moines, accompagnés par des centaines d'autres personnes, ont formé une chaîne humaine allant de la célèbre pagode Shwedagon jusqu'à l'hôtel de ville.

«Nous avons organisé cette manifestation pacifique parce que le gouvernement ne s'est pas encore excusé pour la violente répression des moines», a déclaré Payit, un moine âgé de 46 ans.