NOUVELLES
12/12/2012 01:36 EST | Actualisé 11/02/2013 05:12 EST

Allemagne: les clubs vont renforcer la sécurité dans les stades

La Ligue allemande de football (DFL) a voté mercredi un nouveau projet de renforcement de la sécurité dans les stades, réagissant à une série d'incidents entre supporteurs et forces de l'ordre.

Les 36 clubs de 1re et 2e divisions, réunis à Francfort en assemblée générale de la Ligue, ont approuvé à "une large majorité" ce plan qui porte sur la prévention d'incidents et le dialogue avec les supporteurs, a indiqué le président de la DFL Reinhard Rauball en conférence de presse.

Ce projet en 16 points vise notamment à améliorer les contrôles à l'entrée et dans les stades, et l'organisation des matches à haut risque.

"Nous pouvons assurer à tous les supporteurs que les engagements (pris) ne menacent pas la culture du football en Allemagne (...) Ils vont aider à protéger" cette culture, a expliqué M. Rauball sans énumérer les mesures prévues.

Il a comparé ces engagements à des "barrières de sécurité", que chaque club pourra adapter à domicile selon ses besoins, en tenant compte de ses supporteurs.

"Le football n'est pas confronté à un problème général de sécurité, mais il y a un besoin d'optimiser" les dispositifs en vigueur, a reconnu M. Rauball.

Le ministère de l'Intérieur et des responsables de la police avaient pressé la Ligue de réagir contre le hooliganisme, notamment après les affrontements entre supporteurs et forces de l'ordre à Dortmund, qui avaient conduit à 180 arrestations en marge du derby de la Ruhr contre Schalke 04, le 20 octobre.

Plusieurs clubs avaient demandé à reporter le vote de ce projet, certains dénonçant une menace pour l'autonomie des Fédérations. Stuttgart, champion 2007, Wolfsburg, champion 2009, ou les clubs de 2e division St Pauli et Union Berlin s'étaient opposés à la première mouture du projet.

La Fédération allemande (DFB) a qualifié ce vote de "signe important" adressé au monde du football et à "l'écrasante majorité des supporteurs non violents en Allemagne".

Le syndicat de policiers GdP, qui soutenait ce projet, estime que les clubs ont par ce vote "clairement" signifié leur rejet de la violence, selon son président Bernhard Witthaut, interrogé par l'agence sportive SID, filiale de l'AFP.

lg/gv