NOUVELLES
11/12/2012 06:13 EST | Actualisé 10/02/2013 05:12 EST

Précipice fiscal: Boehner accuse Obama de faire traîner les négociations

WASHINGTON - Le président de la Chambre des représentants, le républicain John Boehner, a accusé mardi le président Barack Obama de retarder les négociations sur l'accord qui doit permettre à l'économie américaine d'échapper au «précipice fiscal».

Le précipice fiscal réfère à l'expiration automatique des baisses d'impôts adoptées pendant le règne du président George W. Bush et à des coupes budgétaires considérables qui menacent de replonger les États-Unis dans une récession à partir du 1er janvier.

John Boehner a déclaré mardi que le président Obama, contrairement aux allégations des démocrates, ne voulait pas parler des coupes budgétaires qui doivent accompagner la hausse d'impôts des plus riches que réclame la Maison-Blanche.

Chaque camp a présenté des propositions jugées inacceptables par la partie adverse, une tactique de négociation habituelle, mais les parties ne semblent toujours pas prêtes à céder du terrain, à seulement trois semaines de la date fatidique.

Le président Obama fait campagne pour augmenter les impôts des riches, une exigence à laquelle les républicains s'opposent, et estime que cette mesure est une façon de réduire le déficit budgétaire. M. Boehner veut quant à lui modifier le code des impôts pour en éliminer les échappatoires et les déductions. Les deux parties sont d'accord sur le fait que le gouvernement doit réduire ses dépenses, mais leurs propositions sont restées vagues jusqu'à maintenant.

En ouvrant la séance de la Chambre des représentants mardi, John Boehner a déclaré que le président Obama avait recours à des tactiques dilatoires en refusant de dire quelles coupes budgétaires il est prêt à accepter dans le cadre d'un compromis.

Le président de la Chambre a affirmé que plus Barack Obama retardait les négociations et plus l'économie s'approchait du précipice fiscal et de la récession.

La leader de la minorité démocrate à la Chambre, Nancy Pelosi, a répliqué en affirmant que le président Obama et les démocrates avaient déjà identifié les coupes budgétaires qu'ils sont prêts à appuyer dans le cadre d'un plan équilibré. Elle a également déclaré que M. Boehner devrait convoquer un vote sur une mesure démocrate qui prévoit de laisser les baisses d'impôts expirer pour les Américains les plus riches, tout en les prolongeant pour ceux qui gagnent moins de 200 000 $ US par an.

Au Sénat, le leader républicain Mitch McConnell s'est plaint que le président Obama ne voulait pas présenter de plan précis pour réduire les dépenses du gouvernement.

«Le président semble penser que s'il ne fait que parler des impôts (...), le reste d'entre nous allons oublier comme par magie que les dépenses du gouvernement sont hors de contrôle», a dit M. McConnell devant le Sénat.