NOUVELLES
10/12/2012 01:35 EST | Actualisé 09/02/2013 05:12 EST

Tunisie: les employés de la Constituante en grève pour trois jours

Le syndicat des employés de la Constituante de Tunisie, un assemblée déjà vivement critiquée en raison de la lenteur de ses travaux, a annoncé lundi une grève de trois jours à compter de mardi, alors que le pays voit les conflits sociaux se multiplier deux ans après la révolution.

"Aucune solution ne nous a été présentée lors d'une réunion de conciliation et nous avons décidé de mettre en oeuvre notre grève", a déclaré à la radio Mosaïque FM le secrétaire général du Syndicat des agents et cadres de l'Assemblée nationale constituante (ANC), Ahmed Messaoudi.

Les employés de l'ANC réclament notamment une réévaluation de leurs primes et des heures supplémentaires ainsi que plus de clarté sur leur statut.

Ce débrayage coïncide en partie avec la grève nationale prévue jeudi à l'appel de l'Union générale tunisienne du travail (UGTT), le principal syndicat tunisien, pour dénoncer une attaque contre ses militants orchestrés, selon lui, par une "milice" proches des islamistes d'Ennahda qui dirigent le gouvernement.

L'ANC, formée par des élections en octobre 2011, s'est montrée incapable jusqu'à présent de rédiger la nouvelle Constitution tunisienne sur fond d'âpres batailles politiques entre le gouvernement et l'opposition.

Aucun compromis n'est en vu et les députés sont très critiqués en raison notamment du très fort taux d'absentéisme au sein de l'Assemblée, les députés de l'opposition ont boycotté les travaux durant des jours la semaine dernière.

Les conflits sociaux, qui dégénèrent régulièrement en violences, se sont multipliés ces derniers mois, nourris par les espoirs déçus de la révolution de janvier 2011.

alf/Bsh/hj