NOUVELLES
10/12/2012 11:30 EST | Actualisé 09/02/2013 05:12 EST

Les principales déclarations à Gaza du chef en exil du Hamas

Voici les principales déclarations du chef en exil du Hamas, Khaled Mechaal, lors de sa première visite à Gaza, du 7 au 10 décembre, après 37 ans sans fouler le sol palestinien.

- "RESISTANCE ET LIBERATION DE LA PALESTINE":

"Ceci est ma troisième naissance, après ma naissance naturelle, en 1956, et ma deuxième naissance après la tentative israélienne de m'assassiner en 1997 en Jordanie sur ordre de Netanyahu" (à son arrivée au terminal de Rafah, à la frontière avec l'Egypte).

"J'espère que notre quatrième naissance sera la libération de la Palestine, toute la Palestine".

"Aujourd'hui Gaza, demain Ramallah, et inchallah (par la grâce de Dieu), Jérusalem, Haïfa et Jaffa".

"La Palestine, de la mer (Méditerranée) au fleuve (Jourdain), du nord au sud, est notre terre et notre nation, dont on ne peut céder ni un pouce ni une partie".

"Nous ne pouvons pas reconnaître de légitimité à l'occupation de la Palestine ni à Israël".

"La Palestine restera arabe et islamique, elle est à nous et nous seuls. Libérer la Palestine, toute la Palestine, est un droit, un devoir et un but".

"Nous avons expérimenté la politique de négociations pendant plus de 20 ans" (...) et il faut "réviser une approche politique qu'Israël et la pusillanimité internationale ont fait échouer".

"Toutes les formes de lutte, politique, diplomatique, juridique et de mobilisation sont légitimes pour recouvrer ses droits mais aucune n'a de sens sans la résistance".

"L'Etat est le fruit de la libération et non des négociations".

"La résistance est un moyen et non une fin".

- RECONCILIATION NATIONALE:

"De cette maison, de Gaza (...) nous promettons, de la part de la direction du Hamas, à l'intérieur et à l'extérieur, d'avancer sur le chemin de la réconciliation, mettre fin à la division et renforcer l'unité nationale face à l'occupation sioniste" (lors de sa visite au domicile du chef spirituel du Hamas, cheikh Ahmad Yassine, assassiné par Israël en 2004).

"La démarche du frère Abou Mazen (Mahmoud Abbas, NDLR) aux Nations unies est un petit pas mais un progrès. Nous voulons que ce soit un soutien à la réconciliation nationale et serve le projet national".

"Il est temps de tourner la page de la division".

"La division a été imposée au moment où certains ont refusé les élections de 2006, mais c'est du passé".

"Nous sommes une seule Autorité et notre référence est l'Organisation de libération de la Palestine (OLP), dont nous voulons l'unité".

"Nous voulons des élections et un partenariat national, quel que soit le résultat des élections".

"La Palestine est trop grande pour qu'un seul mouvement en assume la responsabilité. La Palestine est à nous tous, nous sommes partenaires dans cette nation. Le Hamas ne peut se passer du Fatah ni le Fatah du Hamas, ni d'aucun mouvement".

- RELATIONS AVEC LES PAYS DE LA REGION:

"Le monde doit savoir que, pas plus que nous n'étions inféodés à la Syrie ou à l'Iran par le passé, nous ne sommes aujourd'hui inféodés à l'Egypte, au Qatar et la Turquie, mais ils nous soutiennent et nous les soutenons".

"Le Hamas ne soutient pas la politique d'un Etat ou régime qui livre une bataille sanglante à son peuple, nous sommes avec le peuple".

Khaled Mechaal a également appelé les pays arabes à aider la résistance avec "vos armes et votre argent et votre soutien politique et populaire".

bur-sst/agr/cco