NOUVELLES
10/12/2012 12:06 EST | Actualisé 09/02/2013 05:12 EST

«Chercher la dernière limite» - Spengler

Retour au boulot chez BMW. Bruno Spengler a fait deux jours d'essais au circuit routier de Valence, jeudi et vendredi, et a pris le temps de parler à Radio-Canada Sports.

Un texte de Philippe Crépeau

Après six semaines intenses d'activités promotionnelles, privilège du champion, le pilote québécois avait hâte de retourner dans son cockpit. Ce qu'il a fait sur le circuit routier de Valence dans le cadre d'une séance d'essais privée, mais avec les deux autres constructeurs (Audi et Mercedes-Benz).

« Tout s'est bien passé quand je suis arrivé, je ne me suis pas fait « taper dessus », a dit Spengler en riant. J'ai croisé Gary (Paffett) le premier jour. On a discuté deux minutes. Ça avait l'air d'aller. »

NDLR: Bruno Spengler (BMW) a battu Gary Paffett (Mercedes-Benz) par 4 points à Hockenheim le 21 octobre.

« J'étais très heureux de retourner dans ma voiture, a-t-il dit en ouverture. Ce n'est pas que j'en avais marre de la promo, mais ça a fait vraiment du bien, j'ai eu ma dose d'adrénaline et de plaisir. J'ai profité pleinement de ces deux journées d'essais.

« C'était la même équipe qu'à Hockenheim (weekend du titre), mais ce n'était pas vraiment des retrouvailles, car on s'était déjà retrouvé le 23 novembre pour une fête organisée par l'équipe Schnitzer, et on avait fait la fête. Là, à Valence, on se retrouvait dans une ambiance plus professionnelle. Tout le monde était affuté dès le premier matin. La machine s'est mise en route tout de suite.

« Ce n'était pas la voiture que je piloterai en 2013, fait remarquer Spengler. Elle n'avait pas le numéro un, que j'aurai uniquement l'an prochain. On a démarré le programme de développement et de recherche pour l'an prochain, à essayer d'optimiser les réglages. »

Difficile à imaginer que BMW puisse encore améliorer cette voiture qui a dominé le championnat 2012.

Bruno Spengler a obtenu le plus grand nombre de victoires (4), de pole positions (3), et a été le seul pilote à réussir un tour du chapeau (pole, meilleur tour en course et victoire). Le 21 octobre, le jour de son titre, Spengler avait clairement la meilleure voiture du plateau. Pourtant, l'équipe a travaillé à Valence à trouver de meilleurs réglages pour que la M3 soit encore plus performante.

« Il y a toujours des petites choses qu'on peut faire, même si ce seront les mêmes voitures qu'en 2012, explique Spengler. Toutes les équipes vont travailler fort pour améliorer leur voiture, il faut qu'on aille chercher la dernière limite. Il ne faut pas s'endormir. L'expérience de l'équipe va jouer pour comprendre la voiture encore mieux avec les différents changements, qu'est-ce qui réagit comment ? C'est ça qui va faire la différence l'an prochain. »

Spengler a fait 77 tours jeudi, et 140 vendredi, dans des conditions parfaites.

« On a fait des tests de course, sur la distance, pour voir comment la voiture se comporte sur la distance. Rien de différent entre les deux journées, précise-t-il, sauf que les changements faits ont pris un peu plus de temps jeudi. Il a fait très beau, on n'a pas eu de problème, et on a pu faire tout le programme qu'on devait faire. On a testé tous les points qu'on avait à tester, c'était super important. C'est très positif. Mais c'est trop tôt pour juger. Il faut attendre les analyses. »

Bruno Spengler a encore deux activités promotionnelles à faire d'ici le 17 décembre, et ce sera la pause du temps des fêtes avec un voyage au Québec pour changer d'année.

« Ça va faire du bien, car ce mois de promo s'est déroulé à un rythme très soutenu, mais honnêtement, j'ai adoré. Je suis jeune, j'aime bouger, me déplacer, et ce n'était que des choses positives sur le championnat », a-t-il conclu.