NOUVELLES
10/12/2012 02:01 EST | Actualisé 09/02/2013 05:12 EST

Calcioscommesse: un point de pénalité requis contre Naples, 9 mois contre Cannavaro

Un point de pénalité contre Naples et neuf mois de suspension contre son capitaine Paolo Cannavaro ont été requis lundi par le procureur de la Fédération italienne de football (FIGC) dans le cadre du procès sportif du scandale des matches truqués pour les paris ("Calcioscommesse").

La décision est attendue pour jeudi ou vendredi à Rome.

Neuf mois de suspension ont été requis également contre un autre joueur actuel du Napoli, Gianluca Grava, et l'ex-gardien remplaçant Matteo Gianello, acteur majeur d'une tentative de trucage d'un match Sampdoria Gênes-Naples du 16 mai 2010, pourrait lui être suspendu trois ans et trois mois si la commission de discipline de la FIGC suit les demandes du procureur Stefano Palazzi.

Cannavaro et Grava sont poursuivis pour "non dénonciation" de faits de corruption.

"Le Napoli doit répondre de sa responsabilité objective, aussi bien pour l'infraction reprochée à Gianello que pour la non dénonciation des deux destinataires de la proposition, Cannavaro et Grava", a expliqué M. Palazzi.

Le procureur a également demandé qu'une amende de 100.000 euros soit infligée au club de Naples.

Le procès sportif intervient en amont de la justice civile, qui suit son cours. La tentative de corruption de Samp-Napoli appartient au volet napolitain du Calcioscommesse. Deux autres parquets travaillent dessus, ceux de Crémone et de Bari.

Ce scandale implique des joueurs (des séries A et B) soupçonnés d'avoir été corrompus par des parieurs clandestins voulant gagner à coup sûr. Il a entraîné plusieurs enquêtes et des arrestations de joueurs, dont certains de premier plan, comme Stefano Mauri, le capitaine de la Lazio Rome.

Cette saison en Serie A Sienne a écopé de 6 points de pénalité dans le cadre du Calcioscommesse et l'Atalanta Bergame de 2 points.

eba/bvo