NOUVELLES
10/12/2012 10:00 EST | Actualisé 09/02/2013 05:12 EST

É.-U.: une femme est condamnée pour le meurtre d'un gagnant à la loterie

TAMPA, États-Unis - Une femme de la Floride a été reconnue coupable, lundi, du meurtre prémédité d'un gagnant de la loterie au centre de l'État.

Dorice Moore n'a affiché aucune émotion lors de la lecture du verdict. Le juge Emmett Battles l'a condamnée à la prison à vie sans possibilité de libération conditionnelle, et à une peine obligatoire de 25 ans minimum pour avoir utilisé une arme à feu au moment de commettre son crime.

Le juge Battles a parlé de l'accusée comme de la «personne la plus manipulatrice» qu'il n'ait jamais rencontrée, la décrivant comme «froide, calculatrice et cruelle».

Le magistrat avait plus tôt indiqué au jury qu'il pouvait condamner Moore en vertu de chefs d'accusation moindres. Les jurés ont délibéré pendant trois heures avant de la déclarer coupable du meurtre d'Abraham Shakespeare, qui a remporté des millions de dollars en 2006.

Dans sa déclaration de clôture, le procureur d'État adjoint Jay Pruner a expliqué que Moore avait réussi à subtiliser tout l'argent de M. Shakespeare, qui a alors menacé de la tuer. La meurtrière l'a toutefois assassiné en premier.

Les procureurs ont largement bâti leur dossier sur des déclarations confidentielles d'informateurs et des dossiers financiers.

L'accusée a été brièvement expulsée de la salle d'audience de Tampa, lundi, en lien avec des craintes voulant qu'elle ait menacé des jurés. Elle est finalement revenue un peu plus tard, pour les déclarations de clôture, mais a dit ne pas vouloir prendre la parole pour protéger sa famille.

À certains moment, l'accusée a fermé ses yeux et a détourné son visage des jurés, alors que les procureurs faisaient jouer des enregistrements réalisés par un agent infiltré se faisant passer pour un criminel qui prendrait le blâme du meurtre de M. Shakespeare.

Les procureurs ont indiqué que Moore, âgée de 40 ans, s'était liée d'amitié avec M. Shakespeare à la fin de 2008, affirmant qu'elle écrivait un livre sur la façon dont les gens profitaient de lui. Ils affirment que Moore est ensuite devenue sa conseillère financière, contrôlant éventuellement l'ensemble de ses biens, y compris une maison onéreuse, les sommes dûes à M. Shakespeare, ainsi que des versements annuels de 1,5 million $ US. Elle a éventuellement délesté l'homme de sa fortune vacillante, puis l'a tué par balle et a enterré son corps sous une dalle de béton dans sa cour arrière, a dit M. Pruner.

Dans les déclarations d'ouverture, l'avocat de Moore a déclaré au jury que sa cliente tentait d'aider à protéger les biens de la victime dans le cadre d'une affaire de pension alimentaire lorsqu'il a été tué par des vendeurs de drogue qui n'ont pas été attrapés.