NOUVELLES
09/12/2012 10:59 EST | Actualisé 08/02/2013 05:12 EST

Syrie: la Ligue arabe espère un rapprochement américano-russe

Le secrétaire général de la Ligue arabe, Nabil al-Arabi, a espéré dimanche un rapprochement entre les Etats-Unis et la Russie sur la Syrie pour faciliter un règlement à l'ONU de la crise dans ce pays.

"Les Etats-Unis et la Russie mènent, avec l'émissaire international (Lakhdar Brahimi), des entretiens (...) qui se sont poursuivis ce jour à Genève", a dit M. Arabi à Doha lors d'une réunion du comité ministériel arabe sur la Syrie.

L'ONU a qualifié de "constructifs" ces entretiens à Genève entre Lakhdar Brahimi, le vice-ministre russe des affaires étrangères Mikhail Bogdanov et le sous-secrétaire d'Etat américain William Burns.

"La réunion a été constructive et s'est tenue dans un esprit de coopération", a indiqué l'ONU dans un communiqué.

La chef de la diplomatie américaine Hillary Clinton avait rencontré jeudi à Dublin son homologue russe Sergueï Lavrov et M. Brahimi. Elle a reconnu que la rencontre n'avait pas débouché sur "de grandes avancées", mais souligné qu'il y aurait d'autres rencontres.

M. Arabi a indiqué que l'objectif des entretiens américano-russes était "de préparer une résolution (à soumettre) au Conseil de sécurité" en vue d'un règlement de la crise syrienne en capitalisant sur le dernier accord de Genève.

"Une telle résolution sera un message clair au régime (de Damas) que sa protection est tombée", a-t-il espéré.

L'accord de Genève, adopté le 30 juin par le Groupe d'action sur la Syrie, fixe des principes pour la transition dans ce pays, mais sans appeler au départ du président Bachar al-Assad.

La Russie est, avec la Chine, l'un des derniers soutiens de Bachar al-Assad, et bloque systématiquement les projets de résolution du Conseil de sécurité de l'ONU condamnant son régime.

Dans un communiqué publié au terme de ses travaux, le comité ministériel de la Ligue arabe a de nouveau appelé le président Assad à "partir pour faciliter l'amorce d'une transition du pouvoir et mettre fin à l'effusion du sang et des destructions" dans son pays.

Le comité a également plaidé pour une assistance humanitaire aux déplacés et aux réfugiés syriens et demandé au secrétariat général de la Ligue arabe de "préparer une conférence sur la reconstruction de la Syrie" de l'après-Assad.

Pour sa part, le Premier ministre du Qatar, cheikh Hamad Ben Jassem Al-Thani, a qualifié d'"inacceptable" l'inaction du Conseil de sécurité face à la situation en Syrie où les violences ont fait plus de 42.000 morts depuis le début en mars 2011 de la révolte contre le régime, selon une ONG syrienne.

"Nous espérons que les rencontres en cours entre les Etats-Unis et la Russie déboucheront sur une approche commune (...) pour que le Conseil de sécurité puisse assumer ses responsabilités" concernant la crise syrienne, a-t-il ajouté lors de la réunion du comité ministériel.

La chute du régime de Bachar al-Assad "est imminente", a estimé le Premier ministre du Qatar lors d'une conférence de presse à la fin de la réunion.

Il a indiqué, en réponse à une question, que ce régime pourrait utiliser des armes chimiques contre son peuple, une éventualité évoquée ces derniers jours en Occident. "Je n'exclus pas qu'ils recourent à tout genre d'armes car, vu la manière avec laquelle ils massacrent leur peuple, ils sont capables de tout faire", a-t-il dit.

Le comité ministériel sur la Syrie, présidé par le Qatar, regroupe l'Arabie saoudite, le sultanat d'Oman, l'Egypte, le Soudan, l'Algérie, l'Irak et le Koweït.

L'Irak et l'Algérie ont émis des réserves sur certains passages du communiqué final du comité, selon des participants.

fb/tm/tg/sw