NOUVELLES
09/12/2012 02:08 EST | Actualisé 07/02/2013 05:12 EST

Saisie record de 11 tonnes d'opium dans le sud-est de l'Iran

Les garde-frontières iraniens ont récemment saisi près de 11 tonnes d'opium lors d'une opération contre des trafiquants qui a fait un mort et plusieurs blessés dans la province du Sistan-Balouchistan (sud-est), ont annoncé dimanche les médias iraniens.

Cette saisie est "la plus importante jamais réalisée par les forces de l'ordre iraniennes depuis la révolution islamique de 1979", selon le commandant des garde-frontières, le général Hossein Zolfaqari, cité par l'agence Mehr.

10.693 kilos d'opium et plus de 300 kilos de haschich ont été pris lors de cette opération, qui a duré 36 heures et durant laquelle un trafiquant a été tué et plusieurs autres blessés, a précisé le général Zolfaqari sans indiquer quand exactement elle avait eu lieu.

L'Iran est l'une des principales voies d'acheminement de l'opium ou de l'héroïne en provenance d'Afghanistan, premier producteur mondial de drogue, qui entre directement par la frontière irano-afghane ou via le Pakistan.

Les forces iraniennes ont saisi plus de 350 tonnes de drogues diverses, pour l'essentiel de l'opium, depuis le début de l'année, selon des chiffres officiels.

Plus du quart des saisies ont eu lieu au Sistan-Balouchistan, frontalier du Pakistan, où des affrontements meurtriers opposent régulièrement des trafiquants lourdement armés aux forces de sécurité.

Trois garde-frontières ont encore été tués en octobre lors d'une opération dans cette région.

Les forces de l'ordre iraniennes ont perdu au total près de 4.000 hommes dans la lutte antidrogue depuis 1979, selon les chiffres officiels.

Pour tenter de limiter le trafic, les autorités ont progressivement érigé depuis 20 ans un "mur" sur une large part des 1.700 kilomètres des frontières orientales du pays, pour un coût estimé à 700 millions de dollars.

Route de transit de la drogue vers l'Europe et le Moyen-Orient, l'Iran en est aussi une victime directe, avec quelque deux millions de drogués dont 400.000 héroïnomanes pour une population de 75 millions, selon des estimations officielles.

Alors que l'ONU rend régulièrement hommage à la lutte antidrogue de l'Iran, les Etats-Unis accusent certaines unités les Gardiens de la révolution, la garde prétorienne du régime, d'être impliqués dans le trafic.

Téhéran accuse régulièrement de son côté les services de renseignement israéliens d'encourager le trafic de drogue en Iran pour déstabiliser le pays.

fpn-lma/cyj