NOUVELLES
09/12/2012 11:53 EST | Actualisé 08/02/2013 05:12 EST

La Marche mondiale des femmes abordera la question de l'exploitation minière

MONTRÉAL - Le centre-ville de Montréal accueillera lundi un rassemblement dans le cadre de la Marche mondiale des femmes.

Des actions visant à questionner le rôle des entreprises qui exploitent des ressources naturelles sont organisées partout sur la planète cette journée-là, et, à Montréal, la réflexion concernera notamment les impacts du Plan Nord sur les populations, et plus particulièrement les femmes.

À la Fédération des femmes du Québec (FFQ), la présidente Alexa Conradi observe que le développement minier, par exemple, apporte une «concentration d'hommes» venus travailler loin de la maison et que souvent, ce mouvement s'accompagne d'une hausse de la violence envers les femmes et d'un regain du secteur du sexe.

Au Québec, ces enjeux touchent particulièrement les femmes autochtones, dont les communautés sont situées sur le territoire du Plan Nord, ou en périphérie.

Ailleurs, en République démocratique du Congo, par exemple, le développement de l'industrie minière s'accompagne souvent d'une militarisation importante, observe M. Conradi. S'en suivent des luttes armées pour l'accès aux ressources et l'utilisation du viol comme stratégie de guerre, notamment.

De Montréal à Nouméa, en passant par Seattle, les femmes se mobiliseront donc pendant 24 heures lundi. Elles espèrent ainsi nourrir la réflexion sur la manière la plus efficace d'exploiter les ressources naturelles tout en tenant compte des impacts environnementaux et sociaux.