NOUVELLES
09/12/2012 07:32 EST | Actualisé 08/02/2013 05:12 EST

Arabie: une cyberattaque contre Aramco visait un arrêt du pompage du brut

Un responsable du géant pétrolier saoudien Aramco a annoncé dimanche que la cyberattaque contre sa compagnie en août avait pour objectif l'arrêt du pompage du brut saoudien.

"L'attaque ne visait pas Aramco en tant qu'entité mais l'économie du pays dans son ensemble", a dit Abdallah al-Saadan, président de la commission d'enquête sur l'incident qui avait affecté le système informatique du groupe pendant plusieurs jours.

"L'objectif était un arrêt du flux du brut et du gaz aux marchés local et international. Mais Aramco avait pu honorer ses engagements" envers ses clients, a-t-il ajouté lors d'une conférence de presse.

Cependant, "il ne faut pas minimiser l'ampleur de l'attaque", a-t-il encore dit, affirmant qu'Aramco "avait tiré les leçons" pour se prémunir contre ce genre de cyberattaque.

Le porte-parole du ministère saoudien de l'Intérieur, le général Mansour al-Turki, a indiqué pour sa part que la cyberattaque était l'oeuvre d'"un groupe organisé à l'étranger", ajoutant que les hackers appartenaient à "plusieurs pays" qu'il n'a pas identifiés.

Il a exclu l'implication dans l'attaque d'"un quelconque fonctionnaire ou sous-traitant travaillent pour Aramco".

Le 27 août, Aramco avait annoncé avoir rétabli son système informatique, touché le 15 août par une cyberattaque d'envergure. Le groupe avait alors assuré que les opérations d'exploration et de production n'avaient pas été affectées par ce piratage, et que les systèmes de vente, de distribution, de données informatiques et autres étaient intacts.

Des pirates informatiques avaient alors affirmé sur des sites web être responsables de l'attaque.

L'Arabie saoudite est le premier exportateur mondial de brut, et sa production est de près de 10 millions de barils par jour.

str-aa/tm/hj