NOUVELLES
08/12/2012 10:33 EST | Actualisé 07/02/2013 05:12 EST

Le Mouvement Québec français suggère manifeste contre les bannières anglophones

MONTRÉAL - Le Mouvement Québec français lance samedi une offensive à l'endroit de six multinationales qui souhaitent conserver leurs marques de commerce en anglais.

Son président, Mario Beaulieu, suggère ainsi aux consommateurs, «dont le pouvoir d'achat est le plus important durant les Fêtes», de boycotter les magasins Wal-Mart, Costco, Best Buy, Old Navy, Guess et Gap pour leurs emplettes de Noël.

Selon lui, ces détaillants contestent l'application de la loi 101, et refusent d'ajouter un descriptif en français à leur langue de commerce.

Les entreprises sont au coeur d'un processus juridique qui les oppose à l'Office québécois de la langue française (OQLF), et qui vise à déterminer si l'Office a la légitimité de demander aux entreprises de modifier leurs marques de commerce.

M. Beaulieu s'explique mal pourquoi certaines multinationales refusent toujours de se plier aux exigences de l'OQLF, tandis que d'autres sociétés se sont adaptées à la loi.

Il se demande pourquoi cette pratique a été acceptée dans certains pays, mais pas au Québec. S'il existe des «Supermercado de Walmart» au Mexique, notamment, il devrait y avoir des «Marchés Walmart» au Québec, croit M. Beaulieu.

Le Mouvement Québec Français prévoit des actions de sensibilisation à l'utilisation du français sur les bannières commerciales dans les villes de Sherbrooke, Québec, Rouyn-Noranda, Sorel, Rivière-du-Loup et Brossard, samedi.

Une enquête de l'OQLF effectuée en 2010 à propos de 2894 commerces de rue et 631 commerces de centres commerciaux de l'île de Montréal rapporte que 72 pour cent des commerces étaient «totalement conformes» à la Charte de la langue française à ce moment.