NOUVELLES
08/12/2012 10:12 EST | Actualisé 07/02/2013 05:12 EST

Italie: Berlusconi sera candidat aux législatives prévues en mars

ROME - Le premier ministre italien Mario Monti a annoncé samedi au président son intention de démissionner prochainement, affirmant qu'il ne pouvait plus gouverner après que le parti de Silvio Berlusconi eut retiré son appui crucial. Cela pourrait ouvrir la voie à des élections anticipées, un an après que l'économiste non élu eût aidé le pays à éviter une catastrophe financière.

Quelques heures plus tôt seulement, M. Berlusconi avait pour sa part révélé qu'il se présentera pour tenter d'obtenir un quatrième mandat comme premier ministre, visant ainsi un retour dramatique, après que le magnat des médias milliardaire eut démissionné dans la disgrâce en novembre 2011, incapable de régler la crise de la dette. Il a depuis été reconnu coupable de fraude fiscale.

Le bureau du président Giorgio Napolitano, qui a rencontré M. Monti pendant près de deux heures, a indiqué que le premier ministre avait expliqué au chef d'État que sans le soutien du parti de M. Berlusconi, «il ne pouvait pas poursuivre son mandat, et devait conséquemment clairement faire connaître son intention de démissionner», une fois que le Parlement aura bientôt adopté un budget essentiel.

Les troubles politiques en Italie, un pays plongé dans une récession et tentant d'échapper à la crise européenne de la dette souveraine, pourraient effrayer les marchés financiers qui, sous le gouvernement Monti, avaient de plus en plus renouveler leur confiance envers la capacité de l'État de rembourser son dû.

L'agence de notation Standard & Poor's a fait savoir vendredi qu'elle pourrait décoter l'Italie si la récession se poursuivait en 2013, citant une «incertitude» à propos de la capacité du prochain gouvernement de demeurer sur le sentier de l'austérité emprunté par le gouvernement non partisan de M. Monti.

Ce dernier a conclu que l'efficacité du gouvernement était vacillante à la suite de deux coups portés l'un à la suite de l'autre par la formation politique de Silvio Berlusconi. Jeudi, celle-ci a refusé d'appuyer deux votes de confiance concernant des projets de loi proposés par le gouvernement Monti.

M. Berlusconi, âgé de 76 ans, a fait fortune dans le milieu des affaires. Il avait récemment été au coeur de plusieurs scandales, notamment pour des affaires de corruption, d'abus de pouvoir et de moeurs.