NOUVELLES
08/12/2012 12:36 EST | Actualisé 07/02/2013 05:12 EST

Fermeture d'une université près de Khartoum après la mort de 4 Darfouris

Les autorités soudanaises ont temporairement fermé samedi l'université de Gezira, au sud de Khartoum, après la mort de quatre étudiants originaires de la région du Darfour à la suite de la répression supposée d'un sit-in contre une hausse des frais de scolarité.

Dans le même temps, la police a arrêté une vingtaine d'étudiants qui ont essayé de manifester dans la capitale après une conférence de presse organisée par l'Association des étudiants du Darfour (AED), qui a attribué les quatre décès aux autorités et à leurs "milices".

"Les activités de l'Université de Gezira sont suspendues après la noyade de quatre étudiants", a annoncé l'agence de presse officielle Suna.

Vendredi soir, des étudiants avaient rapporté la mort de deux camarades en agriculture et la police avait confirmé la découverte de deux corps dans un canal près de l'université. Samedi, les étudiants ont annoncé que deux autres corps avaient été récupérés.

Les quatre étudiants décédés avaient disparu après un sit-in pacifique organisé vendredi à la suite de réunions avec des responsables du gouvernement et de l'université, a affirmé l'association.

Ils sont morts "en se battant pour le droit à une éducation gratuite à l'université", selon un communiqué de l'AED.

Les étudiants originaires du Darfour, région de l'ouest du pays en proie à des violences, exigent l'application d'un accord de paix conclu en 2011 entre le gouvernement et une alliance de factions rebelles prévoyant une exemption des frais d'inscription pendant 5 ans dans les universités publiques pour les enfants des familles déplacées pendant le conflit.

Le sit-in des Darfouris avait été dispersé par des membres du syndicat étudiant pro-gouvernemental. Près de 80 étudiants avaient été arrêtés et des dizaines d'autres blessés, selon l'AED, qui a appelé la population à participer dimanche aux funérailles des quatre étudiants.

Une manifestation de soutien aux étudiants de Gezira s'est tenue samedi soir devant l'Université du Nil à Khartoum, a rapporté le Mouvement pour la justice et l'égalité (JEM), un mouvement rebelle du Darfour qui n'a pas signé l'accord de 2011.

La fille de Khalil Ibrahim, le chef du JEM tué fin décembre 2011 par un raid aérien, a été arrêtée alors qu'elle participait à ce rassemblement, a ajouté le JEM.

En juin et en juillet, le Soudan a été secoué par une série de manifestations contre l'inflation qui avaient souvent dégénéré en appels à faire tomber le régime du président Omar el-Béchir, au pouvoir depuis 23 ans.

str-it/tg/fc/tp